Ce forum a pour but la promotion, le rassemblement et le développement de la communauté de joueurs des jeux de Mantic Games en France.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1153
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   Lun 14 Mar - 1:21

Suite du prologue posté il y a quelques jours. Ne vous habituez pas à ce rythme de sortie, j'avais pas mal d'avance ^^ Bonne lecture !


Depuis six semaines la patrouille elfique parcourait les forêts entourant Ithris, se déplaçant comme des spectres entre les colonies éparpillées. Ils ne laissaient que peu de traces de leur passage, une doctrine inculquée à tous les elfes dès leur plus jeune âge. Une trop grande marque avait déjà été effacée par les vieux elfes, et à présent ils luttaient pour corriger leurs erreurs.

Certains combats sont plus faciles que d’autres, pensa Brim Cerillion alors qu’il guidait son cheval à travers un sentier forestier envahi par les mauvaises herbes. Malgré la vitesse à laquelle ils voyageaient, il conservait un port noble, ses cheveux dorés cascadant depuis son heaume vert et son armure de plates qui renvoyaient la lumière tachetée du soleil. A côté de lui, son frère Athuen jura alors qu’il faisait faire une embardée à son cheval pour lui faire éviter une racine noueuse.

« Pourquoi, au nom des Sept Spectres, sommes-nous passés par ici ? » demanda-t-il en enlevant une feuille de son armure, « La Passe de Kethaleon aurait été plus rapide et facile à emprunter. »

« Plus rapides et faciles sont les raccourcis vers les désastres, » répliqua Brim, « N’as-tu rien retenu de l’histoire ? »

Athuen ne ressemblait en rien à son frère ainé, ses cheveux étaient sombres comme ceux de leur sœur, et ses traits étaient considérablement plus fins que ceux de Brim. Il portait la même tunique verte que lui, tout comme la vingtaine d’elfes qui chevauchaient avec eux.

« Une autre leçon, mon frère ? Tu commences à parler comme père. » Il sourit malicieusement, « Maintenant que j’y pense, tu commences même à être pire que lui. »

Brim lança à son frère un regard sévère : « Notre père est Seigneur d’Ithris, et il mérite le respect de ses sujets. Cela nous inclus tous les deux, et il serait bon que tu t’en rappelle. »

La réponse d’Arthuen fut interrompue par un appel venant de derrière eux. C’était Loreth, commandant du régiment de la Garde Marine qui chevauchait avec eux. Ils firent s’arrêter leurs étalons alors que leurs hommes faisaient de même. Avant qu’ils ne puissent demander à l’elfe à l’œil entrainé ce qu’il pouvait voir, ils jetèrent pour eux-mêmes un regard aux alentours. Suivant son regard à travers un trou dans la voute des arbres sur leur gauche, ils purent clairement voir une fumée noire s’élever dans le ciel gris de cet après-midi.

Des heures auparavant, Kael avait été un lieu de joies et de rires, ses habitants célébrant la Cérémonie du Renouveau par des danses et un festin. A présent le village brûlait. Des fumées âcres s’élevaient paresseusement vers le ciel, en de grandes et épaisses colonnes. Des corps elfiques se consumaient le long des bâtiments et dans les restes de la végétation : hommes, femmes et enfants ; personne n’avait été épargné par cette brutalité. Ils étaient étendus comme des poupées désarticulées, les membres tordus ou hachés en morceaux. Le sang avait changé le sol en boue rougeâtre. Des corbeaux charognards volaient autour de la colonie ravagée, alors que des nuées de mouches vrombissaient en nuages autour des cadavres.

Un lent mouvement fut visible dans les ombres. Entre deux bâtiments, la silhouette massive et verte d’un orc apparut.

Se tenant presque aussi grand qu’un cheval, la créature était une véritable masse faite de muscles. Il traina sans effort une jeune fille elfe dans les rues ensanglantée, la jetant dans la boue, puis aboya vers le ciel dans son rude langage ; il appelait les siens. Ils arrêtèrent ce qu’ils étaient en train de faire au sein de la ville en ruine, voyant l’opportunité pour un jeu cruel, et approchèrent. Ils apportèrent avec eux une grande variété de haches à l’apparence malfaisante, et de boucliers décorés de symboles grossiers pendus dans leur dos.

Les orcs se rassemblèrent autour de la fille terrifiée. Elle tenta de courir, mais un poing lourd l’envoya rouler dans la boue alors que les bêtes hululaient de plaisir en frappant leurs haches les unes contre les autres. Un des guerriers les plus larges marcha pesamment en avant, une lourde hache à deux têtes fixée dans son dos, et s’avança dans le cercle. Il se pencha et la regarda avec gourmandise.

Le martellement des haches contre d’autres haches devint plus bruyant, le fracas commençant à sonner comme le tonnerre. Bien qu’effrayée au-delà de la terreur, la fille eut malgré tout le courage pour s’en prendre à l’orc, mais ses coups frappèrent sa peau endurcie sans le moindre effet. Il produisit un étrange aboiement, et elle réalisa, horrifiée, qu’il se riait d’elle. Elle se mit à boiter alors que des doigts noueux attrapaient ses épaules et commençaient à la soulever.

Un sifflement acéré chanta en traversant l’air, puis s’éteignit soudainement alors qu’une flèche s’enfonçait profondément dans le cou de la bête. L’orc recula, relâchant la fille et griffant en direction du manche saillant de sa gorge à travers un flot de sang verdâtre ; il la frappa avec des doigts courtauds comme un homme piqué par une guêpe, respirant bruyamment et difficilement à travers le sang épais colorant ses dents.

La fille parvint à rouler de côté juste à temps alors que la brute s’effondrait sur le sol. Elle sauta sur ses pieds, usant de la distraction pour se faufiler entre ses ravisseurs pendant que tous les regards se tournaient en direction de la provenance de la flèche. Regardant par-dessus son épaule alors qu’elle cherchait un endroit où se cacher, elle vit, se tenant sur la colline, deux grandes silhouettes. L’une était engoncée dans une lourde armure de plates, tenant une épée longue dans une position exercée, tandis que l’autre tirait une flèche toute neuve à l’empennage vert depuis un carquois dans son dos.

Brim inclina la tête en direction de son frère cadet : « Bien visé. »

Athuen arbora un sourire cruel, visant et décochant une nouvelle fois. La flèche partit se planter droit dans le torse de sa cible, faisant tanguer l’orc sous son propre poids jusque dans une pile de cadavres. Ses compagnons rugirent en réponse, reprenant leurs esprits et commençant à se ruer vers les elfes. Brim leva son épée dans un salut de duelliste, le soleil se reflétant sur l’améthyste de son pommeau. « Pour Ithris ! » lança-t-il, avant de charger. Athuen resta là où il se trouvait, tirant une troisième flèche.

Les pillards orcs poussèrent leur propre cri de guerre, agitant leurs haches au-dessus de leur tête, ainsi que leurs boucliers dentelés et pointus. Leurs puissants muscles leurs firent rapidement remonter la colline ; trente contre un. Le vert de leurs muscles luisait de sueur ou était recouvert des fluides abominables issus du massacre perpétré plus tôt, dans un contraste saisissant avec les armures immaculées de leur ennemi. Ils beuglèrent des promesses de mort dans leur langue gutturale, déjà prêts à goûter la chair tendre d’un elfe noble.

Alors vint un son sifflant arrivant d’au-dessus d’eux, tandis qu’une pluie de flèches s’abattait sur les orcs furieux en trouvant aisément leurs cibles. Une douzaine d’entre eux s’écroulèrent sous la volée, morts, tandis que les autres trébuchaient sur leurs camarades abattus en s’écrasant lourdement sur le sol. La Garde Marine avait gravi la colline pour se tenir au niveau d’Athuen, la corde déjà tendue afin de décocher une nouvelle volée.

Brim courut sans se soucier des arcs, confiant dans l’idée que les siens viseraient juste. Il atteignit les rangs des orcs et esquiva le premier coup qui vint dans sa direction, tranchant son attaquant à l’abdomen, le tuant sur le coup. Le second orc sur son chemin tomba décapité, et un troisième perdit le bras qui tenait sa hache après un coup descendant puissamment porté.
La plupart des orcs, voyant de nouvelles cibles, se ruèrent vers elles en passant à côté de Brim, en direction de la colline. Loreth décocha une dernière flèche puis donna sèchement un ordre.

Comme un seul homme, les archers rangèrent leurs arcs et jetèrent leur bras gauche vers le bas. Les petits boucliers qui étaient fixés à leurs épaules tombèrent dans un audible « clac » et s’allongèrent alors que des segments dissimulés glissaient vers l’avant. Chaque elfe sortit une lance courte de là où elle était fixée près de leur carquois. L’unité avait adopté une posture agile en quelques instants, les rangs d’archers formant à présent un solide mur de lances. Athuen était le dernier à avoir son arc en main, maintenant un tir de flèche continu jusqu’à ce que les orcs aient atteint les Gardes des Mers. A cet instant seulement il sortit son épée ; elle était moins ornementée que celle de son frère, mais non moins mortelle, fait qu’il était bien décidé à démontrer.

La charge des orcs fut brutale mais inélégante. Loreth frappa en oblique avec le bouclier situé à son avant-bras, et le choc fut si violent qu’il le fit chanceler en arrière. Sans aucune hésitation il tendit sa lance, ouvrant la bête face à lui du cou jusqu’au ventre, avant d’aller vers son prochain opposant ; un orc élancé avec une cicatrice barrant son œil droit. Loreth fit don d’une symétrie certaine au visage de la créature en le frappant avec le bord tranchant de son bouclier, esquivant par en dessous la riposte sauvage de la créature qui frappait, tournait puis frappait à nouveau aveuglément, logeant finalement sa lame dans le crâne d’un autre orc comme s’il était agi d’une pastèque.

Brim était bloqué dans un combat avec un géant parmi les orcs. Il était clairement leur chef, et portait deux haches jumelles qu’il balançait avec une vitesse qui aurait dû être impossible pour quelque chose d’aussi large. Malgré les talents du chef de clan, l’elfe bloqua chaque coup, autant par des parades savamment chronométrées qu’en esquivant par le côté. L’orc gronda de fureur, une vague de son haleine pestilentielle parvenant jusqu’à l’habile guerrier et lui piquant les yeux. Il n’osa pas les fermer, pas même les cligner une seconde pour en chasser les larmes : le faire aurait signifié une mort certaine.

Il bloqua sa lame contre les haches et poussa, forçant son ennemi à faire un pas en arrière. Alors que son adversaire chancelait il tourna son épée, la faisant glisser sur son heaume avant de se retirer en position de combat. La bête se jeta sur lui, ses haches cisaillant l’air autour de la tête de Brim, mais celui-ci était prêt. Il se laissa tomber et fit une roulade, lançant son épée dans un mouvement propre et net alors qu’il se relevait en cisaillant les jambes de l’orc au niveau des genoux. Celui-ci s’écroula face contre terre, du sang jaillissant en flot de ses moignons jumeaux. L’épée de Brim pivota dans ses mains, pointe vers le bas, droit dans le cou de la créature et sectionnant sa colonne vertébrale. Ses membres remuèrent deux fois avant de s’immobiliser.

Il releva la tête et fit le point sur la bataille. Elle méritait à peine d’être désignée par ce mot ; c’était un massacre. Les orcs avaient été brutaux, mais ils n’étaient pas préparés et n’avaient guère représenté de menace pour la Garde Marine. Il regarda son frère abattre son épée pour jeter à bas le dernier orc encore debout avant qu’il ne puisse abattre sa hache sur un de ses frères de race. Les regards des deux frères se croisèrent, et Athuen arbora un sourire féroce. Sur les versants de la colline les elfes achevaient les peaux-vertes blessés à coups de lance. La bataille était gagnée. Brim essuya son épée pour en enlever le sang, la rangeant dans son fourreau avant de retourner vers le plus jeune des seigneurs Cerillion.

Le commandant de la Garde Marine le vit approcher et marcha à sa rencontre, arrachant une flèche d’un cadavre et la nettoyant dans une touffe d’herbe avant de la ranger dans son fourreau.
« Loreth, » dit Brim, mettant la main sur son épaule, « tes Gardes des Mers ont fait honneur à leur réputation une fois encore. Tu as mes remerciements. »

Le commandant regarda aux alentours du village. Des elfes commencèrent à sortir des bâtiments encore debout. Ils formaient un groupe misérable avec leurs vêtements en lambeaux et les yeux pleins de larmes. Beaucoup se précipitèrent pour aller aider des personnes mortes depuis longtemps, mais la plupart fixèrent le carnage qui les entourait d’un regard vide.

« Nous aurions dû arriver ici plus tôt mon seigneur, » dit Loreth.

« Nous sommes chanceux d’avoir pu intervenir tout court. Si vous ne nous aviez pas fait faire une halte nous aurions pu passer directement à côté. »

Loreth fit un geste en direction de la ville en flammes. : « Le Mal marche sur ces terres, seigneur, et nous semblons être les seuls à vouloir l’affronter. » Son intonation était amère, et un air renfrogné obscurcissait ses traits, « Cela n’est en rien différent de ce qu’il en a toujours été. Les nains se cachent dans leur montagne comme ils l’avaient fait lorsque nous combattions Hiver tous seuls, et les héritiers d’Antonius dans leur grande cité dorée ne valent guère mieux… »

« Mon ami, les hommes de Basilea ont leur propre guerre au nord, et nous ne nous préoccupons guère d’eux, n’est-ce pas ? » objecta Brim d’un geste sec, « Ces terres sont les nôtres. Sur qui d’autre que nous-mêmes devrions-nous compter pour y patrouiller ? »

« Les nains de Mox, peut-être ? Leur bastion est à l’intérieur de nos frontières, à l’intérieur de cette même forêt, et pourtant leurs patrouilles ne parcourent que les chemins qui mènent directement à leur porte. »

« Mon père travaille à gagner leur confiance, Loreth, mais c’est une longue route vers la réconciliation. Ils se voient comme entourés de toute part par des ennemis potentiels. Dis-moi : si tu vivais en Abercarr, comment te sentirais-tu ? »

Athuen passa devant eux, lançant à Brim un regard impatient : « Si tu as fini de parler de politique, mon frère, j’imagine que ces gens auraient bien besoin de notre aide. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grimaldus

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/11/2015
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   Lun 14 Mar - 9:21

Merci pour ton travail ! Plutôt agréable à lire =)

(Par contre, pour ce sont les elfettes les héroïnes ? Pourquoi pas un roman sur de vaillants orcs ou un Nécromancien massacrant des régiments de garde maritime ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
julo62

avatar

Messages : 854
Date d'inscription : 06/09/2015
Age : 39
Localisation : Nord Pas-de-Calais

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   Lun 14 Mar - 9:58

Joliment tourné, et vivant - enfin, façon de parler Wink
Bonne continuation.

_________________
Baby Halflings
Inter Région Rouen 2015 : 7ème homme N-PdC 2  ('fin, porte-bidons quoi...)
Inter Région Angoulême 2016: Joueur KoM N-PdC 1
Inter Région Angoulême 2017: Joueur TK N-PdC 1


Si c'est en forgeant qu'on devient forgeron, c'est en sciant que Léonard de Vinci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanis

avatar

Messages : 1127
Date d'inscription : 16/08/2015
Localisation : Colmar

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   Lun 14 Mar - 11:10

J'aime beaucoup, ça comporte combien de chapitre ?

_________________
Julo62 a écrit:
Oui oui, pour moi, la frontière entre Nord et Sud, c’est la Somme.
Et encore c’est pour que ce soit géographiquement clair !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1153
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   Lun 14 Mar - 12:59

Merci les gars ^^

Grimaldus : il faudra demander à l'auteur ^^ Tanis : il y en a 14 en tout pour un peu moins de 200 pages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Calirion

avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 28
Localisation : Saint Brice sous Forêt (95)

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   Lun 14 Mar - 17:01

Très chouette, le récit reste fluide et agréable à lire. C'est très plaisant !

Merci à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1153
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   Lun 14 Mar - 19:00

Merci beaucoup Prince Calirion ! C'est un plaisir de savoir qu'on permet aux vrais passionnés de l'univers de découvrir le fluff et qu'on ne bosse pas dans le vide, donc merci à vous tous me lire avant tout ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Bloodstone of Cerillion Chapitre 4
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mantic French Community :: Kings Of War :: Background-
Sauter vers: