Ce forum a pour but la promotion, le rassemblement et le développement de la communauté de joueurs des jeux de Mantic Games en France.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ultime rapport de bataille de la Campagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1140
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Ultime rapport de bataille de la Campagne    Mer 4 Oct - 4:04

Salut à tous !

Certains d'entre vous le savent déjà, la campagne mondiale vient de toucher à sa fin avec une victoire nette pour le camp du Bien. Il y a de cela quelques jours Juman'Jeux, peu avant la fin, a organisé une grande bataille ayant opposé 6 joueurs, dans un magnifique 3 vs 3, 2000 points par personne.

Autant vous le dire d'avance, je n'ai pas pu tout suivre tant la bataille était disputée de tous les côtés en même temps, ce sera donc sans aucun doute un rapport TRÈS imprécis et fatalement centré sur le côté de la table où je jouais moi-même, non par égocentrisme mais parce que, ben... je me rappelle mieux de ce que j'étais en train de faire moi forcément ! Cette bataille partait de tous les côtés, zut !

Nous avions donc une alliance de Nains, de Basiléens, et des Nobles Morts-Vivants de Jarvis (le gentil nécromancien pour les profanes) contre une armée de démons des Abysses, d'Empire de la Poussière, et de Morts-vivants.

En premier lieu voici une vidéo de notre déploiement :

Et je ne peux décemment faire autrement que vous gratifier d'un autre de mes interminables textes fluffiques. ^^ J'espère que vous aimerez !

Il se disait souvent du Duc Borgne que la rage le rendait plus pâle qu'un spectre. La comparaison était fort malheureuse quand on savait que les créatures de la non-vie étaient celles qui lui faisaient perdre presque tout contrôle sur ses nerfs. Aussi, quand le nécromancien que la Dame Verte avait officiellement accepté dans sa grande alliance s'était présentée à la tête d'une vaste horde de renforts, il avait un euphémisme d'appeler "fureur" la réaction de Sactériel.

- Cette abomination nous poignardera dans le dos à la première seconde ! avait vociféré le duc à son allié nain.

De son épée, du haut de son dragon, il avait désigné ce qui ne pouvait pas être autre chose qu'un vampire de haut rang. Ce dernier l'avait regardé en lui souriant, sans rien dire, d'un sourire parvenant à mélanger ironie et menace implicite. Son armure rouge renvoyait les derniers reflets d'un soleil couchant. Les lueurs des Abysses elles-mêmes semblaient absorbées par la plate complète couleur d'hémorragie.

- Je n'ai pas perdu un tiers de mes hommes contre les serviteurs des Abysses pour me voir obligé de supporter la présence de ces abominations ! Ni moi ni les Dieux ne supporteront cet affront ! Qu'ils tirent l'épée maintenant et finissons-en !

C'était le seigneur nain qui avait dû arranger la situation ; un fait assez rare pour être considéré comme remarquable.

- Si tu veux tuer du mort, gamin, il va y en avoir bien assez en face ! Tu n'as qu'à regarder la plaine ! Regarde humain ! Si tu es un uzbad digne de ce nom tu devrais réaliser ce qui nous attend !

- Et prêter le flanc aux lames de ces horreurs va nous aider ?! avait vociféré le duc en toisant de très haut le seigneur nain monté sur un ours de guerre lourdement armuré.

- Si tu as tellement peur tu n'as qu'à partir ! avait répondu le fils de Fulgria sur le même ton. J'ai reçu les rapports au fil de nombreuses semaines : Jarvis a combattu de nombreux ennemis et la demoiselle verdâtre lui fait confiance ! Tu crois que cela me plait ?! Et bien non ! Mais si ta colère personnelle l'emporte, laisse donc ceux qui ont une cervelle s'en servir ! Je connais la valeur de mes gars, et je n'ai pas peur d'un vulgaire Nargûn. Peux-tu en dire autant ?

Les deux seigneurs s'étaient toisés. Il y avait eu du défi dans les regards, et des poignards dans les non-dits. Puis le duc s'était tourné vers le vampire, lui-même juché sur une grande créature velue aux crocs et aux griffes sans-doute aussi acérées que celles de son dragon.

- Je resterais à côté de cette... "chose" aussi longtemps que nécessaire, avait-il finalement dit. Et tes troupes devront séparer la majorité de mon ost du sien. Sans quoi je vais rejoindre un autre champ de bataille, ils ne manquent pas en ces lieux maudits.

Le seigneur nain avait haussé les épaules et le vampire avait conservé son air moqueur. Son sourire seul était au-delà de la menace : c'était une promesse.

Au milieu de cet échange, Jarvis avait été trop heureux d'être laissé de côté. L'humain passionné de culture ophidienne avait l'habitude d'être insulté, rabroué et même menacé. Mais l'être par un fanatique aux airs de fou-dangereux monté sur un dragon, cela restait une expérience unique... Jarvis pria pour qu'elle le reste.

Faisant quelques pas en direction d'un lieu où ses troupes, et celles de ses alliés, se déployaient, il se laissa aller à parler à la sorcière travaillant pour les Basiléens. C'était une mercenaire, selon toute vraisemblance, aussi espérait-il peut-être avoir affaire à une personne moins intransigeante que ceux vivants au sein de l'Hégémonie peuplée de fanatiques.

- Je... Je n'ai jamais ramené que des volontaires, avait-il simplement bafouillé. Je n'ai jamais forcé personne, et j'ai aidé de nombreux âmes à trouver le repos. Aujourd'hui même je....

- Tais toi.

Le ton avait été calme et pondéré mais sans appel. La belle jeune femme à la chevelure rouge comme le sang affichait un air sombre et songeur à la fois.

- Crois le ou non, l'homme, mais tu n'es pas le premier que je croise. "J'utiliserais cette magie avant tout pour le bien !" ; "Ce n'est pas par intérêt personnel ! Je le jure !" ; "Cette magie ne me corrompra pas !" ; "Je ne suis ni vénal ni mégalomane, cette magie ne m'affectera pas !"... J'ai tant et tant entendu des adeptes des arts sombres se défendre et jurer devant tous les dieux que les choses se passeraient bien. Cela n'a jamais bien finit. Jamais. Nous connaissons tous les deux le nom de celui qui a créé la nécromancie pour en faire "don" aux mortels. Je ne le prononcerais pas ici.

Jarvis Frissona. Il se murmurait que dire le nom de Durunjak, dieu ténébreux de la Mort, attirait irrémédiablement son ignoble regard.

- Tu as choisi d'emprunter en toute connaissance de cause un chemin très dangereux, Jarvis, continua la jeune femme en montant sur un cheval qui semblait jeune et pourtant épuisé. Je ne doute aucunement de ton courage, tu as assez combattu durant cette guerre pour prouver que tu as de la valeur. Pour autant, n'attends pas d'encouragements de ma part. Si nous survivons à ce jour, je te conseille de partir, vite et loin. Mon ami qui n'a qu'un oeil perd toute raison quand il s'agit des Morts. Il te traquera, sois en certain. Et cela ne me fait aucunement plaisir, mais sans doute l'y aiderais-je.

Elle fit trotter sa monture en direction du dragon du Duc Borgne ; manifestement elle désirait être à ses côtés au début de la bataille.

Jarvis eut un sourire triste.

Voulait-elle le protéger du Seigneur Vampire qu'il prétendait surveiller, ou bien le protéger de lui-même ? Il aurait bien été en peine de le dire.

Cette guerre touchait à sa fin. Les morts se comptaient par dizaines de milliers sur tout le continent. Les conséquences à long-terme promettaient d'être désastreuses. De sombres rumeurs avaient été rapportées par des survivants des Clairières du Crépuscule. Jarvis frissona puis rassembla sa volonté. Il survivrait à ce jour : d'autres menaces ignobles avaient besoin d'être affrontées, et s'il fallait user d'un mal qu'il connaissait pour affronter un mal qu'il ne connaissait pas, ainsi en serait-il.

S'adressant à ses guerriers comme il l'aurait fait à d'authentiques être vivants, il éructa d'une voix plus forte :

"Messieurs ! Préparez-vous à vous battre !"

Comme un seul homme, les squelettes se tournèrent en direction de l'ennemi. Face à eux se trouvaient de nombreux Morts-Vivants de l'ancien empire Amunhite.

- Quelle douce ironie, dit-il enfin en souriant à nouveau.


Tour 1 :

Peu de choses à dire : le camp du Bien gagna le droit de jouer en premier, signe que les dieux Lumineux regardaient cette bataille finale avec intérêt. Quelques mouvements, des tirs épars, rien de bien romanesque.

Tour 2 :

Multiples charges ! Mon dragon et les berserks nains montés chargèrent la horde d'abyssaux mineurs mais sans parvenir à les vaincre. Des tirs des troupes de tireurs nains conjugués au souffle de mon phénix parvinrent à paralyser l'archidémone des abysses grâce à un double 6 particulièrement chanceux, ce qui nous aida bien pour la suite. Une troupe de succubes succomba sous les coups d'une de mes hordes d'elohi.

Mes alliés virent le scorpion EdlP charger une troupe de tireurs et la paralyser.

Tour 3 :

Au tour suivant mon dragon, le roi nain sur grande bête et les berserks sur blaireaux détruisirent la horde d'abyssaux mineurs  puis les apparitions des good guys chargèrent un régiment de succubes, tout comme une de mes hordes d'elohi qui en chargea un autre. Quelques blessures mais rien de définitif. Mon autre horde d'elohi qui avait détruit une troupe de succubes fut chargé de face par une autre troupe de succubes et de flancs par un régiment de Molochs. Je n'ai guère eu le loisir de suivre ce qui se passait sur le flanc droit de la table donc pour la faire courte : les ushabtis (gardiens asservis) furent détruits ; beaucoup de blessures aux squelettes d'élite des Amunhites, le Vampire sur pégase (Good guys, appartenant à Jarvis) chargea puis fut à son tour cible de boules de feu. Une troupe de squelettes fut détruite par une charge combinée de mes lanciers et régiment de paladins.

Tour 4 :

Mes elohi contre-chargèrent les molochs et les détruisirent, tandis que mon phoenix and deux prêtres (dont l'un était Domitius) soignèrent tous deux mes hordes d'elohi. (Une d'entre elles tua un régiment de succubes). Une troupe de succubes perdit la vie sous les traits des tireurs nains qui perdirent un régiment de scouts à cause d'une charge chanceuse des chiens infernaux. Mon dragon fut bloqué du fait d'avoir perdu le vol à cause d'une troupe de squelette qui le blessa deux fois, et qui la détruisit en retour. Le flanc droit vit le camp du bien perdre une machine de guerre naine et quelques troupes. Mes lanciers et la horde de paladins furent tous deux écrasés par les unités d'élite des morts-vivants ennemis, (cavalerie, loups garous et momies). Mes elohi survécurent à l'archidémon et aux spectres. Les Apparitions du Bien furent détruit par le dernier régiment de succubes. Les nains perdirent une autre troupe de tirs. Mon dragon parvint à éliminer les momies en les chargeant de dos. Il fut ensuite chargé à son tour et vaincu par les cavaliers faucheurs d'âme...

Tour 5 :

Mes deux hordes d'elohi chargèrent conjointement l'archidémone déjà blessée aux tirs et la détruisirent ! Mon dernier régiment restant de paladins détruisit les dernières succubes qui avaient vaincues les "gentilles" apparitions, mon phoenix fut détruit par une charge de flanc de spectres en régiment ; quant au flanc droit il y eut de nombreuses pertes des deux côtés mais je ne peux vous donner les détails du déroulé à mon grand regret car je gage que ça fut épique. Basiquement, le centre était tenu par les méchants, en particulier les morts-vivants mais nous dominions largement sur les flancs ! Les Loups-garous tuèrent un nécromancien du camp du Bien qui s'était volontairement placé sur leur trajectoire afin de les bloquer pour une future charge éventuelle. Mon prêtre fit exactement la même chose pour bloquer les cavaliers d'élite des Morts-Vivants. Le nécro et le prêtre furent donc tués pour la bonne cause.

Tour 6 :

Ce tour vit tous, j'ai bien dit TOUS les abyssaux restants disparaître du champ de bataille sous les efforts conjugués des nains et des basiléens ! Les spectres d'élite furent eux-aussi vaincus par mes forces restantes. A la fin il n'y avait plus un seul démon sur la table, et l'Empire de la poussière ne disposait plus que de son scorpion, un prêtre, et un porte-bannière sur monture. Les mauvais morts-vivants ne disposaient plus que de quelques individus isolés, de leur cavalerie d'élite ainsi que des loups garous en horde. De notre côté... mes deux hordes d'elohi, Domitius, et un régiment de paladins, bon nombre de berserks nains une horde de lanciers squelettes, quelques unités de tirs, Jarvis, un régiment de cavalerie faucheurs d'âmes du Bien, j'en oublie sans-doute bien d'autres mais soyez indulgents, il y avait 12 000 points sur cette fichue table !

DONC !

Ce qu'il faut retenir c'est que le camp du bien avait 2580 points restants et le camp maléfique 1505 ! Ce fut donc une grande victoire pour l'alliance du Bien et cette partie fut incroyablement géniale et intense ! Ce fut un excellent moment avant tout parce que tout le monde fut absolument génial : adversaires, alliés, organisateurs du Juman'Jeux, et un grand merci à Mantic France qui envoya des lots superbes à la boutique qui les fit gagner aux participants par tirage au sort !

(si ma mémoire ne me dit pas de bêtises je crois qu'Alphie et Vaudania sont parmi les vainqueurs ^^).

Maintenant que la campagne est terminée je souhaites avant tout remercier les organisateurs et tous ceux qui s'investirent dans le jeu avec tant de passion et de bonne humeur !

Maintenant que la grande convention d'Octogône arrive à Lyon j'espère en revoir plusieurs !

Merci encore à vous, vous tous, traduire ce livre (même si je fus pressé par le temps) fut un plaisir qui en valut vraiment la peine ! J'ai adoré jouer cette campagne, ainsi qu'aider activement à son organisation, transmettre les news en traduisant les articles, bref, pour moi le plaisir fut total et il ne reste plus qu'un sentiment de dévorante curiosité à l'idée de voir la façon dont Mantic Games va traiter les résultats pour le fluff futur !

En parlant de fluff, voici celui de mon après bataille en espérant que ça vous plaise ! (photos à venir plus tard !)

Il régnait sur la plaine couverte de cendre un silence irréel. En fait de cendres, la terre s'était changée en gadoue sanguinolente dans laquelle nombre de soldats étaient encore embourbés.

Il n'y avaient plus un démon ni un mort-vivant pour contribuer à rendre ce paysage plus infernal encore. Le nécromancien Jarvis était parti à l'instant même où le combat avait pris fin ; il avait choisi d'écouter la sorcière. Les humains de la grande Hégémonie et les nains des Montagnes Libres étaient donc seuls sur ce champ de mort.

Certains pleuraient librement et sans honte, la perte d'un ou plusieurs proches, quand ce n'était pas sous l'effet d'une douleur indicible.

Le duc basiléen était assis, taché de sang au point d'en être méconnaissable. Son bras était brisé en plusieurs endroits et il faudrait toute la science magique des envoyés des Lumineux pour le remettre sur pied. Son dragon était dans un état bien pire encore, mais on lui avait assuré qu'il survivrait.

Phébus et Hélios étaient là.

Silencieux, ils apportaient leur magie aux soigneurs tandis qu'une cohorte d'arbalétriers et de servants de balistes établissaient un périmètre défensif, "juste au cas où" comme l'avait dit le paladin chevaucheur de griffon.

Lorsque Hélios  s'approcha de son duc, il le fit avec une déférence qui lui était inhabituelle.

- Mon ami... dit doucement le duc d'une voix qui trahissait son épuisement, relèves toi, je t'en prie. Je n'ai plus la force de jouer à respecter le protocole militaire. Quelles sont les nouvelles du front ?

- Plutôt bonnes à vrai dire. Enfin... Autant que faire se peut. Les Abysses ont vu nos forces progresser absolument partout et nous les avons pratiquement repoussés, mais les pertes sont énormes. Il faudra beaucoup de temps à l'Hégémonie pour se remettre de ça. Les autres peuples aussi ont beaucoup souffert.

A quelques mètres à peine, le cadavre du phénix qui leur avait prêté main forte tout au long de cette terrible campagne s'était éteint, tant sur le plan littéraire que littéral. Plus aucune lumière n'émanait du corps brisé et sans vie de la créature qui avait été un allié incroyablement précieux. Il avait sauvé tant et tant de vies, autant en combattant qu'en usant d'une magie unique capable de soigner les pires blessures. Nombreux étaient ceux qui souhaitaient qu'il se réveille pour soulager leurs atroces douleurs. Nombreux étaient ceux qui souhaitaient simplement le voir revenir car il avait été un combattant de la Lumière, tout comme eux, créature magique ou non.

- Je ne vois pas Koliosk, dit le paladin d'un ton sans émotion.

- Il est mort, dit le duc sur un ton similaire. Il s'est sacrifié pour nous donner un peu de temps. Quelques secondes à peine, et pourtant elles ont fait énormément de différence... Sans lui nous aurions peut-être été balayés. Bravoure suicidaire et abnégation totale... loin de moi l'idée de manquer de respect à un mort, mais cela ne lui ressemblait pas.

- Sa rencontre avec Domitius l'a changé, affirma Phébus qui vint se joindre à la conversation tout en commençant à concentrer du pouvoir entre ses mains afin de soulager la douleur de son maître. Il a échappé à la mort beaucoup de fois durant cette guerre. Je crois qu'il cherchait à se prouver quelque chose.

- Notre rivalité n'y est sans-doute pas pour rien, dit Hélios sur un ton chargé de regrets.

- Il a fait ce qu'il croyait juste, et il a bien fait, grogna le duc d'un ton cassant. Il a pratiquement permis à lui seul la réorganisation de notre flanc gauche quand nous en avions le plus besoin, et je ne l'ai jamais vu incanter la Mélopée du Fléau avec une efficacité pareille. Il a été exceptionnel au court de ce combat. Aucun guerrier ne pourrait rêver d'une plus belle mort.

- Ce n'est pas sa mort que je regrette, dit sombrement Hélios en évitant de regarder la dépouille du Phénix. C'est la façon dont il vécu. Nous savons tous quels tourments le rongeaient : envie, désir de gloire, jalousie... Il a agit toute sa vie comme s'il avait quelque chose à prouver... comme s'il devait mériter son droit de vivre.

- Il a mérité une place parmi les Lumineux pour ses actions, c'est plus qu'il ne pouvait en rêver, trancha Phébus. Comme nous tous.

- Des messages nous parviennent depuis tout le continent, reprit Hélios en sortant des lettres d'une sacoche qui pendait à son côté. Galahir, Ardovikia, Halpi, Hokh-Man, et à présent les Abysses eux-mêmes... Partout les forces du mal reculent et le plan de la Dame Verte semble prêt à prendre forme. Nos ennemis sont sur le point d'être écrasés.

- Alors c'est terminé, dit sobrement Sactériel, "Le Borgne", sans éprouver la moindre joie. Ordonne le repli sur le campement fortifié que nous avions prévu en cas d'échec. Que l'hôpital de campagne soit prêt à accueillir d'innombrables blessés. Occupez vous en priorité de stabiliser ceux qui ne peuvent être transportés pour le moment. Que les hommes valides aident les autres ou participent à établir une défense. Je ne veux pas de mauvaise surprise.

- C'est déjà fait, Sacti, dit Julia en arrivant accompagnée de sa monture qui marchait doucement à côté d'elle.

La sorcière avait l'air épuisée mais n'avait pas subi la moindre blessure.

- Ta monture est vivante ? fit mine de s'étonner Phébus. C'est un authentique jour de miracle alors.

- Attends un peu que je retrouve mon souffle... grogna la sorcière. Tu vas...

- Pas de fausses promesses, la coupa le paladin avec un sourire insolent, nous savons tous que c'est avec "Sacti" que tu épuisera ton souffle une fois celui-ci retrouvé.

- Fermez-la tous les deux, grogna Hélios en désignant le duc d'un geste du menton. Regardez.

Le Duc Borgne, toujours assis, parfaitement immobile, venait de perdre connaissance.

- Portez-le dans sa tente en attendant qu'il soit transportable sur un chariot. Je prend le commandement ici.

Julia et Phébus ne protestèrent pas. Ils soulevèrent le duc et ancien paladin de Kladaren avec difficulté. Le soleil venait de finir de se coucher, et une nuit trop calme pour être simplement apaisante arriva, comme arrive la gangrène après l'entaille.


***


Le lieu était gorgé de magie.

Depuis d'incalculables éons, remontant probablement aux origines de ce monde, ces terres étaient celles qui concentraient le plus de magie partout en Mantica. C'était en ces lieux que les Célestes s'étaient incarnés, et étaient venus pour parler aux mortels.

Ici s'était écrite la légende de siècles, et les elfes voisins de ces terres avaient vu les fondements du monde être ici-même mis en danger et malmenés par la folie d'un seul être, et la malveillance d'un unique dieu.

Ces terres... elles avaient été l'origine de tout, les fondements du monde et le point de départ de son plus abominable malheur.

"Jamais la foudre ne tombe deux fois au même endroit" disait le proverbe.

C'était vrai.

C'était une des lois immuable de la nature.

Mais ce qui devait arriver alors n'avait rien à voir avec la nature.

Sur un tapis d'herbe verte des arcs électriques noirs et violets commencèrent à danser et firent brûler ce qui vivait au sol aussi sûrement qu'un feu de prairie. En quelques secondes à peine, la terre gorgée de magie se teinta d'une couleur de maladie et l'air sembla se distordre, comme s'il cherchait lui-même à échapper à ce qui se passait ici. Lentement, avec une  précision obscène, des formes commencèrent à apparaitre dans les Clairières du Crépuscules, terres jadis favorisées des dieux, et gardiennes du souvenir du plus glorieux temps des elfes.

A travers l'air distordu passa une silhouette, porteuse d'une faux, encapuchonnée et vêtue d'un manteau noir. Un bec d'os semblable à celui d'un oiseau grotesque formait un masque atroce à la créature qui flotta doucement au-dessus du sol.

Dans le ciel, des orages éclatèrent, et une pluie battante commença à s'abattre sur le sol comme si le ciel lui-même tentait avec ses armes dérisoires de repousser l'arrivée de pareille abomination. Des éclairs fendirent les cieux tandis que des forces plusieurs fois millénaires fendaient la réalité elle-même.

Par la faille mélangeant des dimensions qui n'auraient jamais dû se rencontrer, ils arrivèrent en masse.

Des nuées de vers grouillants dévorant tout ce qui pouvait tomber entre leurs mâchoires garnies de crocs grotesquement longs ; des épouvantails ayant pris vie déambulaient avec une démarche de pantins désarticulés comme s'ils s'appliquaient à danser une sarabande digne des bacchanales les plus odieuses ; spectres, fantômes et cavaliers noirs suivirent de peu cette arrivée massive tandis que des molosses furieux à deux têtes faisaient retentir en ces lieux des sons qu'aucun être sain d'esprit n'aurait décemment pu appeler "aboiements".

Et lui, appuyé sur sa faux, ignorait l'arrivée même de ses suivants ; son esprit était déjà tellement au-delà de cette arrivée dépourvue de la moindre joie, même malsaine.

Après la guerre contre les Abysses, Mantica allait s'autoriser un instant à peine à fermer les yeux.

Et elle allait être plongée dans un tout nouveau Cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aspha

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 26/10/2015

MessageSujet: Re: Ultime rapport de bataille de la Campagne    Jeu 5 Oct - 9:10

Superbe rapport de bataille Farmace. J'aime beaucoup ton style d'écriture dans le fluff que tu nous met, ça aide vraiment à rentrer dedans.

Ça avait l'air vraiment sympa cette partie à 3v3 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1140
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: Ultime rapport de bataille de la Campagne    Jeu 5 Oct - 13:21

Merci beaucoup Aspha ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ultime rapport de bataille de la Campagne    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ultime rapport de bataille de la Campagne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rapport de bataille] Nains vs Orques & Gobs, campagne d'été
» Rapport de Bataille (campagne)
» rapport de bataille nains & HE contre ES & CV
» Rapport de bataille
» rapport de Bataille skaven/demon ... le Carnage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mantic French Community :: Kings Of War :: Rapports de batailles-
Sauter vers: