Ce forum a pour but la promotion, le rassemblement et le développement de la communauté de joueurs des jeux de Mantic Games en France.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 12

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1107
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 12   Dim 20 Nov - 3:54

La Plaine du Bourbier Sanglant était une zone marécageuse située dans les Marches Nordiques, s’étendant entre les contreforts nordiques des montagnes d’Alendar et la Mer Naissante. Loin au nord-ouest se trouvaient les Iles Brisées, et au-delà de l’océan les ruines englouties de la République Noyée. C’était une zone froide, humide et désolée où peu de gens osaient jamais s’aventurer, remplie de sables-mouvants pouvant aspirer les imprudents en quelques secondes. Voyager à travers cette région signifiait mettre sa vie en jeu. Les rayons du soleil ne perçaient que rarement le brouillard épais qui flottait sur la plaine en volutes tourbillonnantes, faisant de la lande un lieu sombre et lugubre, le froid mordant permanent sapant la volonté de n’importe quel voyageur. Des bandes de pillards Elfes du Crépuscule avaient fait de ces lieux leur repère, les ayant préférés aux Royaumes de l’Ombre du Donjon-Souterrain. Tout comme les cousins malsains des elfes, des bandes d’orcs s’étaient établies ici, et il se disait que des gorgones et des Manticores se tapissaient dans ses plus sombres recoins.

Des amas de terre touffus dominaient la zone, chacun d’entre eux couvert de la mousse dont la lande tirait son nom. Les Bourbiers Sanglants étaient des plantes dangereuses, et ses sécrétions pouvaient être changées en de nombreux poisons ou utilisées dans bien des arts sombres. En plusieurs endroits, de grands rochers émergeaient du sol comme les dents d’un géant, leurs bords dentelés émoussés par le temps et la météo difficile. Le plus gros agencement se tenait au sud-est de la plaine en une série de pierres élevées sur une petite butte, disposées autour d’un rocher plat qui ne pouvait pas être quoi que ce soit d’autre qu’un autel. C’était sur cette structure que Kronos se pavanait, ses robes flottant autour de lui comme si un vent puissant s’était levé. Cela ne lui avait guère demandé d’efforts pour se faire un nouveau bâton, et il le tenait dans une de ses mains noueuses. L’esprit de Maegana marchait derrière lui, le vent semblant ne pas avoir le moindre effet sur elle.

Kronos se tenait devant l’autel. « Enfin », murmura-t-il, « après toutes ces années nous sommes réunis. Sais-tu où nous sommes ? ». La forme éthérée acquiesça, sa voix étant à peine plus qu’un murmure malgré la colère visible sur son visage.

« Tu m’as amenée sur le lieu de ma grande défaite. Pourquoi cela ? »

« Bien plus que par simple nostalgie, je peux te le jurer. » dit le nécromancien en souriant, « Nos armées ont été vaincues ici, mais elles ne sont pas allées bien loin. Elles ont attendu notre retour pendant tout ce temps. Avec l’arrivée de la grande lune ton pouvoir sera à nouveau assez grand pour les remettre à notre service. »

Il se tint devant l’autel et leva ses ailes vers le ciel nocturne encombré de nuages. Les éclairs illuminèrent le ciel et le tonnerre rugit tandis que Kronos entamaient ses sinistres incantations, sa voix s’élevant lentement en un effrayant crescendo accompagnant la tempête les surplombant. Devant eux le sol commença à remuer. Des membres squelettiques en crevèrent la surface, toujours agrippées aux armes avec lesquelles ils avaient été enterrés des siècles auparavant, et qu’ils avaient utilisées pour répandre la terreur sur les terres des elfes.

Maegana Cerillion, connue dans ces derniers jours sous le nom de « Maegana la Rouge », observait avec une anticipation croissante. Elle pouvait déjà sentir ses forces lui revenir, plus vite qu’auparavant maintenant qu’elle se trouvait sur ce lieu de magie noire. Elle y avait été vaincue dans le passé. Cela n’arriverait pas à nouveau.

***

Brim atteignit le sommet de l’escalier et porta son regard vers le ciel qui s’assombrissait. Des nuages épais, porteurs d’ombres, tourbillonnaient au-dessus d’eux, et la pluie fouettait son visage alors qu’il contemplait la lande. Ils avaient fait surface au niveau du sol, et de sombres collines leur bouchaient la vue, mais il pouvait voir quel chemin emprunter. Les nuages les surplombant tourbillonnaient pour former un vortex, centré autour d’un point situé à environ huit-cent mètres devant eux.

Il jeta un œil à ses camarades. Près de trente elfes étaient avec lui, ainsi qu’un unique nain battu par les vents. C’était peu. Brim regretta, et pas pour la première fois de la journée, de ne pas avoir fait un meilleur travail pour convaincre son père d’envoyer de l’aide à Mox. Il savait qu’ils allaient devoir faire face à plus de deux ennemis dans la bataille à venir ; les nécromanciens faisaient rarement face à leurs adversaires sans une horde de serviteur morts-vivant avec eux.

« Avant que nous ne continuions, je veux que vous sachiez que vous êtes les plus braves guerriers que j’ai jamais connu. Aujourd’hui nous avons vu bien des horreurs, et nous en verrons bien d’autres avant que le soleil se couche. Nous pouvons bien nous retrouver à faire face à une armée de morts-vivants mais nous leur montrerons notre valeur et nous prélèverons notre tribus. Des histoires seront contées à propos de cette seconde bataille de la Plaine du Bourbier Sanglier, même si ce n’est qu’une petite escarmouche en comparaison de celle que nous connaissons dans l’histoire. »

Les elfes alignés devant lui acquiescèrent solennellement. Holk brisa le silence et parla. « Bon, et bien allons-y, maintenant. J’ai vraiment envie de tuer cette salope. »

***

Maegana pouvait sentir ses forces lui revenir à chaque instant. Devant elle se tenait la première recrue de son armée fraichement levée, et elle savait que dans les heures à venir, d’innombrables autres allaient suivre. Elle avait puisé dans le pouvoir que Kronos avait utilisé pour l’invoquer, nourrissant son retour à la non-vie. Sa peau était, à nouveau, pâle comme l’albâtre, à l’exception de ses lèvres qui étaient rouge comme le sang. Elle portait une cuirasse complète, faite dans un bronze terni qui se détachait de chaque côté pour retomber sur ses jambes, fixée autour de ses robes bleue cobalt aux lacets de cuir. Une eau de pluie aussi glaciale que la neige de la Vallée Scintillante s’abattait sur son visage mais elle était au-delà des simples inconforts des mortels tel que celui-ci. Kronos se tenait à ses côtés. Avec la foudre plongeant la zone dans un étrange et exotique ballet de couleurs et le vent hurlant qui s’élevait tout autour d’eux, le duo semblait se tenir au-dessus de tout.

Cinq-cent guerriers attendaient devant eux, leurs formes squelettiques dégoulinantes de pluie. Leurs armes et armures étaient de styles variés ; des légionnaires de l’ancienne Primovantor se tenaient aux côtés de gardes de la maisonnée Cerillion, ainsi que de nains de Mox. Une soixantaine de guerriers supplémentaires chevauchaient des montures squelettiques, alignées sur le flanc droit. Leurs bannières flottaient dans la brise, arborant l’emblème du crâne de Kronos, ou le sigil corrompu de Maegana la Rouge.

Elle leva la voix, la cadence puissante après toutes ces années de faiblesse.

« Nous marchons sur Ithris. Nous renverserons la dynastie Cerillion et la remplaceront par quelque-chose de bien plus puissant, et bien plus durable. » Sa tête partant en arrière, elle éclata d’un grand rire de gorge qui n’avait rien de sain. Elle tourna son regard maléfique sur les rangs des guerriers morts-vivant alignés devant elle. « Est-ce que quelqu’un à des questions ? »

« Es-tu prête à mourir à nouveau ? »

Elle ne s’était pas attendue à une réponse, l’appel de Brim la prit donc totalement par surprise. Elle parcourut l’armée rassemblée du regard et finit par le voir, lui et son petit ost de guerre, montant la petite colline derrière eux. Sentant sa volonté, cinq-cents têtes squelettiques tournèrent la tête dans la direction des nouveaux arrivants.

La fureur de Maegana fut visible même de loin alors qu’elle levait le bras et le pointait en direction du petit groupe. « Tuez-les tous ! » hurla-t-elle.

***

Le plus jeune des frères Cerillion se déplaçait rapidement dans l’ancienne mine, suivant Balek Stronghelm. Le seigneur de Mox avait rassemblé quelques- uns des meilleurs guerriers qu’il lui restait, tous ceux dont la forteresse amoindrie pouvait se passer. Il avait balayé l’argument comme quoi les elfes pourraient trouver seuls leur chemin. Maintenant qu’il savait ce qui était en jeu, il avait juré de prêter toutes les forces qu’il pourrait rassembler à leur cause.

Ç’avait été un voyage éreintant et Morrig en ressentait les effets, ses pieds et ses jambes la faisant un peu plus souffrir à chaque pas. Pire, le poids oppressant des montagnes au-dessus d’elle alimentait la dépression qui grandissait en elle, et elle intégrait douloureusement l’idée qu’ils allaient s’y enfoncer encore plus profondément. La peur pour son frère et ce qu’il allait devoir affronter seul s’ils ne continuaient pas la guidait, et elle ne faisait que se concentrer sur le fait de mettre un pied devant l’autre.

Ils coururent à côté de ce qui avait sans nul doute dû être une scène de bataille. Des cadavres calcinés reposaient en deux piles dispersées, à plusieurs centaines de mètres d’eux, dans une immense chambre funéraire. Quatre elfes reposaient là, et Athuen les reconnut instantanément. Trois appartenaient à la compagnie d’Atharond, et un à la Garde Marine. Il fit une pause un court instant pour présenter son respect aux morts, puis il se pressa à nouveau vers l’avant, Balek insistant sur le fait qu’ils pourraient se soucier des morts quand on se serait occupée des morts-vivant.

Au bout d’un moment, ils arrivèrent dans une longue et large chambre remplie de rochers en forme de grandes flèches émergeant du sol. Une faible source de lumière était au-dessus d’eux ; en s’en approchant ils virent qu’il s’agissait d’une fiole lunaire, du genre de celle que Loreth portait.

« Ils ont dû s’en servir pour éclairer leur chemin, » dit Athuen.

« Attendez, vous entendez ce sont ? » demanda Morrig. Le nain aux cheveux roux s’arrêta et tendit l’oreille, tournant sa tête en direction du plafond.

« Chauves-souris. On en trouve souvent dans ces cavernes. »

Un des nains de l’arrière-garde poussa un net cri de souffrance, et ils se retournèrent pour voir ce qui s’était passé. Le guerrier pressait une main sur le côté de son visage. « Quelque chose vient juste de me mordre, » grogna-t-il. Le son émis par les chauves-souris gagna en intensité.

Morrig secoua la tête et leva les mains. « Je vais m’en occuper. » Elle se concentra, se remémorant son enseignement, et prononça une phrase à voix basse dans la langue chantante qu’était l’elfique ancien. Une lumière blanche, pure, jaillit de ses mains, surpassant la radiance de la lampe de Balek pour remplir la salle. Les chauve-souris qui voletaient encore dans les environs furent rejointes par des centaines d’autres s’unissant en une véritable nuée vers le plafond de la caverne.

Athuen avait l’air horrifié. « Morrig, qu’as-tu fait ? »

Elle eut un sourire mauvais : « Ho, rien pour l’instant. »

Courbant ses doigts dans une forme mystique, elle prononça un autre mot de pouvoir. Une flamme se mit à grandir dans l’espace séparant ses deux mains, s’élevant et se tordant dans un tourbillon de flammes miniature. Elle le jeta au-dessus d’eux et il s’étendit, remplissant l’espace au-dessus. Les créatures suceuses de sang furent immolées en quelques instants.

Morrig tenta de calmer sa respiration et ferma les yeux, éclaircissant ses pensées comme on le lui avait enseigné. Lorsqu’elle les rouvrit, Athuen la fixait abasourdi.

« Pourquoi as-tu l’air si surpris, mon frère ? » Elle sourit en toute conscience. « C’est toi qui a dit à Brim que je pouvais prendre soin de moi. »

***

L’ost elfique agit en premier, chargeant avant même que l’ordre de Maegana n’ait été compris par ses sbires. Les archers tirèrent en mouvement, envoyant jusqu’à la dernière de leurs flèches dans les rangs serrés des morts alors qu’ils se ruaient en bas de la colline, avant de sortir leurs lances et leurs épées. Un petit groupe de squelettes alors qu’ils étaient encore en train de se tourner en direction de la menace, les flèches les réduisant à l’état de vulgaire tas d’os.

Brim agrippa son épée de ses deux mains alors qu’il avançait, la tenant contre son épaule. Il savait que ses chances d’atteindre la vampire et le nécromancien étaient proches du néant, mais il fallait qu’il essaye. Son ancêtre s’était dressé contre elle, et il en serait de même pour lui. Bien-sûr, lui avait eu une armée et non deux groupes réduits accompagnés d’un nain enragé, pensa-t-il Holk courait juste derrière lui, le marteau tenu bas et à deux mains. Loreth avait sorti épée et bouclier, et eut un sourire sauvage très inhabituel en direction du nain qui allait à la même allure que lui.

« Rendez-vous de l’autre côté, maître Gungerson. »

Holk poussa un rire rugissant, secouant la tête. « Il vaudrait mieux que tu suives si tu le veux vraiment. » Il accéléra, rattrapant Brim.

Le groupe s’écrasa sur les morts-vivant comme une vague percutant un puissant navire. Brim trancha deux guerriers squelettes d’un seul coup, passant à côté d’eux pour se ruer dans la masse. Holk le suivit de près, écrasant les os en faisant de grands gestes avec son marteau. Les lignes se refermèrent autour d’eux avant que Loreth ne puisse les rejoindre, mais il se jeta contre les ennemis qui lui barraient le passage. Il para les coups qui lui furent portés, répliquant par des feintes avant de glisser sa lame pour passer la garde de ses ennemis. Ces squelettes étaient bien plus rapides que ceux qu’ils avaient affrontés à Mox ; les sombres énergies de la lande leur conféraient une vigueur infernale.

Il vit un membre de la Garde nocturne tomber sous le coup d’une lance ennemie, et un autre être jeté au sol par des coups d’anciennes haches et masses. Il ne pouvait rien faire pour les aider ; chacun d’entre eux savait qu’il s’était aventuré sur une route sans retour, et qu’ils ne pourraient faire que bien peu de choses pour mutuellement se venir en aide. Il se baissa et passa sous le coup d’une hache, se relevant pour asséner un coup du pommeau de son épée dans le crâne de son adversaire, avant de se jeter à nouveau dans une roulade qui le fit passer à côté du prochain assaillant. Il réalisa alors soudainement qu’il était enfoncé dans une mer de corps squelettiques. Sa Garde Marine avait sombré derrière lui, mais il avait avancé bien plus lentement que Brim et Holk. Les morts-vivants se pressèrent autour de lui et il commença à sentir qu’il pourrait ne pas réchapper de cette bataille.

***

Brim n’était pas surpris que Holk l’ait suivi. Le nain était une véritable bête en mêlée, et le jeune seigneur remercia les Lumineux du fait qu’ils étaient dans le même camp. Il fit pivoter son marteau avec aisance, défonçant des genoux à un moment, écrasant des crânes celui d’après, déviant en même temps les coups qui pleuvaient de toutes les directions. Le nain ne combattait pas qu’avec son arme. Sa tête semblait toute aussi mortelle, frappant tous les squelettes qui s’approchaient suffisamment, et ses bottes renforcées de métal prélevèrent leur tribu également. Il avait subi plusieurs coupures et autres blessures mineures, mais il ne leur prêta aucune attention alors qui traçait son chemin vers l’autel.

D’une façon ou d’une autre, ils finirent par arriver à mi-chemin. Leur ruée initiale les avait menés sur la plus grande partie du chemin, leur élan et l’élément de surprise ayant joués pour eux là où le nombre était clairement en leur défaveur. Brim pouvait sentir une douleur commencer à sourdre dans ses épaules, et il pria pour que le feu qu’il avait dans les veines continue d’alimenter son bras d’épée aussi longtemps que nécessaire. Il se retrouva face à un guerrier qui n’avait pu qu’être un elfe, si l’on jugeait par son armure. Le revenant frappa de son épée dans sa direction mais il attrapa son poignet de sa main libre, brisant la jointure du coude avec sa propre lame. Il arracha l’arme tombée au sol et frappa avec une violence extrême, séparant le crâne de l’ennemi de son corps, puis il sourit en la soupesant. Son poids était assez proche de celui de sa propre épée ; à l’exception de sa patine usée par l’eau, les lames auraient pu être jumelles. Il se demanda si elles étaient issues de la même forge alors qu’il les faisait tournoyer autour de lui dans un grand cercle, déviant deux coups de lance. Il se déchaina dans une frappe violente qui projeta le squelette suivant sur ses alliés.

L’autel était de plus en plus proche.

***

Loreth fatiguait, et il n’était pas le seul. Une demi-douzaine de Gardes Marins était tombée sous les coups infatigables de l’ennemi, et la Garde Nocturne ne s’en sortait guère mieux. La marche à travers les mines avait été longue et les avait malmenés. Peut-être qu’un assaut unilatéral n’avait pas été la meilleure des idées. La pluie n’aidait pas ; elle rendait le sol glissant, chose que les morts-vivant semblaient pouvoir ignorer grâce à leurs pieds osseux.

L’un de ses elfes, un fils de noble de moindre importance nommé Irael, était parvenu à l’atteindre, et ils combattaient désormais dos à dos. Il avait désormais réalisé qu’il était futile de tenter de rejoindre leur seigneur, il ordonna donc au jeune elfe de reculer pour rejoindre leurs frères. Il détourna un coup de masse lourde de son bouclier, la force du coup faisant émettre à son bras un son de cliquetis ; des larmes montèrent à ses yeux. Il riposta mollement en retour, mais le guerrier mort-vivant fit un pas de côté et il manqua complètement sa cible.

Derrière lui, Irael laissa s’échapper un cri de douleur. Il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil en arrière, constatant que son compagnon venait de perdre trois doigts de sa main d’épée, probablement sous le coup de la hache qui se dirigeait à nouveau vers lui – et cette distraction failli lui coûter cher. Il eut tout juste le temps de lever son bouclier à nouveau, déviant un coup de masse qui lui aurait défoncé le crâne s’il ne s’était pas retourné à temps.

Par-dessus l’épaule de son ennemi, il put voir que Brim avait presque atteint l’autel. Le cri gargouillant d’Irael le ramena à ses considérations immédiates, et il se pencha pour passer sous un autre coup. L’elfe derrière lui glissa au sol, mais il n’osa pas se retourner pour regarder. Il pouvait sentir son heure arriver. Ça y était ; c’était ainsi qu’il allait mourir, en suivant son seigneur à la bataille. Considérant les alternatives, c’était l’une des meilleures façon de partir.

Puis il vit quelque chose qu’il put à peine croire.

Des bannières d’un vert lumineux venaient de faire leur apparition sur une colline au nord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vaudania

avatar

Messages : 1213
Date d'inscription : 11/08/2013

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 12   Dim 20 Nov - 14:22

Chalut,

pilpatant Smile Very Happy. La suite bounce bounce bounce La suite.
Me donne bien envie de me replonger dans mes elfes...


cat

_________________
Le groupe FB des jeux MedFan de Mantic (en français)
Le groupe FB des jeux SciFi de Mantic (en français)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1107
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 12   Dim 20 Nov - 15:19

Merci mon grand, plus que deux chapitres et ce sera terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sgt hartmann



Messages : 86
Date d'inscription : 08/10/2015
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 12   Mer 23 Nov - 14:24

Voila, lecture faite. J'ai l'impression que c'est un peu plus brouillon, non?? j'ai du m'y reprendre à 2 fois sur certain passage...
Mais j’attends avec impatience la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 12   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 12
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Bloodstone of Cerillion Chapitre 4
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mantic French Community :: Kings Of War :: Background-
Sauter vers: