Ce forum a pour but la promotion, le rassemblement et le développement de la communauté de joueurs des jeux de Mantic Games en France.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1104
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 3 Aoû - 3:08


Si Brim avait raison, ils se rendaient sur le lieu de la précédente défaite de Kronos et Maegana, sur la bordure est de la lande nordique. Damathian avait dit que la bataille avait eu lieu sous un ciel de pleine lune, lorsque la vampire avait atteint le sommet de son pouvoir. Après avoir étudié les cartes dans le donjon nain, Brim avait commencé à désespérer – le voyage à travers les montagnes et leurs contreforts en direction des landes qu’il y avait au-delà promettait d’être bien plus long que le temps qu’ils pouvaient se permettre de prendre. La prochaine pleine lune serait dans six jours, et quel que soit le projet que son ancêtre et l’ignoble nécromancien comptaient faire coïncider avec cet évènement lunaire, il allait aboutir sans personne pour l’empêcher.

Balek avait souri. Passer par-dessus les montagnes ? Il était parti dans un grand rire dévastateur, une lueur brillante dans l’œil. C’est Mox, mon garçon, et nous sommes des nains. C’est plus rapide de passer sous la roche que par-dessus. En surface, le voyage aurait pris plus d’une semaine. En utilisant les anciens tunnels nains, Balek lui avait assuré que cela ne prendrait que la moitié de ce délai.

A présent à plus d’un jour de voyage de voyage écoulé, le groupe d’elfes marchait péniblement à travers les couloirs menant à la Lande du Marais Sanglant, Holk Gungerson à leur tête. Brim marchait derrière lui, avec Loreth et la Garde Marine en arrière une nouvelle fois. La Garde Nocturne d’Atharond assurait l’arrière garde. La plupart portait encore leurs épées courtes, mais plusieurs avaient pris les lances de leurs camarades tombés au combat. Le bruit de leurs pas résonnait sur les murs et le sol de pierre, et de quelque part provenait le son régulier de l’eau qui tombe. La poussière recouvrait tout, et Loreth n’était pas surpris de voir les os de petites créatures éparpillés de partout.

Après plusieurs heures, ils arrivèrent sous une arche menant vers une petite pièce qui avait sans doute jadis été un cellier. Des étagères de bois pourrissantes garnissaient les murs, certaines tellement détériorées qu’elles n’étaient à présent rien de plus que des nids à cloporte. Installée dans un mur, une vieille porte avait également totalement pourri, la charpente depuis longtemps désintégrée.

Loreth envoya deux éclaireurs passer à travers la porte et ils se glissèrent dans les ténèbres qu’il y avait au-delà. Le reste du groupe attendit dans un silence expectatif pendant ce qui sembla être une éternité, mais qui n’était en fait que quelques petites minutes ; ils revinrent finalement.

« Il se poursuit au nord pendant environ trente mètres, puis ça tourne vers l’ouest, » dit l’un des éclaireurs. « Nous avons trouvé des traces dans la poussière mais nous ne pouvons être sûrs de qui les a fait ni de quand. »

« Très bien. Il semble que c’est le seul chemin empruntable. » Brim regarda vers Holk, qui haussa les épaules.

« Ecoute, je vous ai montré comment descendre jusqu’ici. Tes suppositions valent bien les miennes à partir de là. Personne n’a mis les pieds ici depuis plusieurs décennies. »

Silencieusement et rapidement le groupe passa du cellier jusqu’au couloir. La première chose qu’ils remarquèrent était que les dalles de pierre étaient en plan incliné, tant qu’ils durent se raccrocher aux murs pour continuer leur progression. Quand ils arrivèrent dans le couloir qui tournait vers la gauche, ils eurent le plaisir de constater que le sol était à nouveau plat. A partir d’ici ils pouvaient marcher en étant deux de front, le bruit de leurs pas résonnant en échos profonds, s’enfonçant profondément dans les ténèbres.

« Je vais vous dire, je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, les elfes, mais moi j’en ai plein le dos de me balader dans des couloirs sombres. »

Loreth contint un rire de dérision, et Holk se retourna pour lui faire face.

« Quelque chose t’amuses, mon gars ? »

« C’est juste étrange d’entendre un nain dire ça, c’est tout. Les tunnels sombres, c’est votre spécialité, non ? »

Holk plissa les yeux. « Écoutes, l’elfe. Je suis peut-être votre guide, mais ça ne veut pas dire que je suis votre ami. »

Brim se plaça entre eux et leva une main pour les faire taire : « Amis ou pas, nous avons un ennemi commun, et des querelles ne feront que leur faciliter le travail. » Les deux guerriers sombrèrent dans le silence.

Il n’y avait aucune autre torche que celles qu’ils avaient sur eux pour éclairer le donjon, et alors qu’ils s’enfonçaient plus loin dans les ténèbres, celles-ci étaient repoussées par les flammes vacillantes. Ils continuèrent le long du passage, suivant ses tournants et chemins entortillés. Il menait à nouveau vers le nord, l’inclination du sol en leur faveur cette fois-ci. Chaque son portait loin dans les corridors du donjon, mais tout ce qu’ils avaient entendu pour le moment durant leur voyage était le son constant de l’eau s’écoulant en gouttelettes depuis le plafond, ou le frottement occasionnel d’une botte sur une dalle inégale.

Ils se reposèrent brièvement pour boire et manger dans un silence trahissant leur malaise. Une heure plus tard, ayant repris leur périple, ils arrivèrent à une autre jonction ; deux passages se trouvaient devant eux, l’un vers la gauche, et l’autre vers la droite. Les éclaireurs de Loreth avancèrent une nouvelle fois, empruntant chacun un tunnel. Ils revinrent quelques minutes plus tard, rapportant chacun que la voie était dégagée. Loreth se tourna vers son seigneur.

« Quelle route devons-nous emprunter ? »

Brim prit la torche de l’un des Gardes Marin et la tint en avant. Il la dirigea vers le couloir de gauche et la flamme de la torche ne bougea pas. Il la mit ensuite devant la voie de droite et la flamme commença à danser à nouveau. Il hocha la tête en direction du dernier tunnel. « Je parie que ce chemin mène vers la surface. »

« Les habitants de la surface, je vous jures, » Holk passa à côté de lui, faisant rouler ses yeux de dépit. « C’est probablement une brise venant d’une doline ou d’une faille. Aussi loin dans les profondeurs on ne reçoit rien venant de la surface. Laisse-moi jeter un œil pour toi. Le nain disparut dans le passage de droite. Il revint avant longtemps, secouant la tête. « Ce n’est pas par-là. Ça descend légèrement, on dirait que ça s’enfonce plus loin dans les mines. Je prendrais celui de gauche. »

Brim considéra ses options un moment avant de relayer l’ordre.

« Vous avez mes remerciements, maître Gungerson. »

Ils empruntèrent le passage de gauche, les torches tenues bien haut, essayant de ne pas penser aux kilomètres de montagnes rocheuses qu’ils pouvaient sentir se presser au-dessus de leur tête.

***

Le jour suivant, ils arrivèrent dans un hall funéraire. Des alcôves étaient alignées le long des murs, recouvertes de toiles d’araignées. Les anciens rois et nobles nains avaient été réduits à guère plus que des ossements et des tenues en lambeaux, quelque chose qui ressemblait un peu trop aux évènements récents pour que quiconque dans le groupe ne se sente pas mal à l’aise avec ça.

Brim prévoyait d’ordonner une halte une fois qu’ils auraient dépassé la crypte, mais elle semblait se poursuivre indéfiniment. Les éclaireurs de Loreth étaient partis au-devant de la compagnie, à la recherche d’un endroit où ils pourraient se reposer, mais ils n’étaient pas encore revenus. Le seigneur elfe lança un regard à Holk.

« Combien de morts sont-ils enterrés ici ? »

« Aucune idée. Le mieux que je puisse estimer, c’est qu’il a dû s’agir de la crypte principale à un moment donné de l’histoire de la forteresse, à l’époque où ce n’était pas encore une mine. Si ça peut vous donner une idée, nos cryptes habituelles s’étendent sur un peu moins d’un kilomètre. »

Un puissant hurlement s’éleva depuis les ténèbres devant eux. Des tirs et le fracas de l’acier parvint jusqu’à eux. Alors qu’ils regardaient horrifiés, les éclaireurs revinrent à l’entrée, l’armure ensanglantée et du sang recouvrant leur visage et leurs bras.

Un gémissement d’angoisse se fit entendre, résonnant à travers les couloirs pour parvenir jusqu’aux elfes sidérés. Brim agrippa l’épaule du premier éclaireur, le faisant se retourner pour le regarder droit dans les yeux.

« Combien ? » La question avait été aboyée et ne souffrait aucune hésitation. L’éclaireur ne répondit pas ; ses yeux étaient écarquillés, ne voyant que l’horreur dont il avait été témoin. Son compagnon était figé de la même façon. Brim les poussa en arrière dans la ligne et sortit son épée. A ses côtés, Holk prit sa hache à une main, et les lances de la Garde Marine se dressèrent derrière eux.

L’odeur rassie de poussière et de décomposition annonçait la présence de leur ennemi. Au dehors du passage, cinq grandes formes avançaient vers eux d’un pas trainant, leur corps enveloppé dans des bandages moisis. Autour de la tête de chacune d’elle se trouvait une couronne d’or martelé, mais ce fut les visages de ces monstres qui paralysa les elfes de terreur. S’approchant d’eux de leur démarche instable, il s’agissait des restes d’anciens seigneurs elfes enterrés depuis longtemps.

Un tir jaillit de l’arrière du groupe. Brim n’aurait pas pu voir ce qui s’était passé même s’il s’était détourné de ses ennemis, mais il faisait confiance à Atharond pour commander ses troupes.
Dans un grognement grave, les anciens elfes momifiés avancèrent en chancelant au-devant du groupe. Les tirs des arcs sifflèrent alors que les lignes arrière de la Garde Marine décochaient leurs flèches au-dessus des têtes de leurs frères. Brim bondit en avant et frappa la créature de tête, tranchant à travers les bandages épais qui enserraient sa cuisse. Une bouffée de poussière explosa à l’extérieur de l’entaille, mais la créature continua à avancer vers lui. Il pivota de côté et leva son épée dans une prise à deux mains, frappant vers le bas. Son épée passa à travers le torse de la momie et ressortit par son dos, et pourtant elle continuait d’essayer d’attraper le seigneur elfe.

Une lumière bleue et terne brillait derrière les bandages recouvrant la tête du monstre, mais dont la mâchoire et le menton étaient découverts. Un millier d’années d’exposition avait fait son œuvre, dévorant la chair et ne laissant rien d’autre que de l’os terni. Quand le monstre bougea à nouveau sa bouche pour laisser sortir un long gémissement de consternation, plus de poussière en sortit.

Ils étaient peut-être lents, mais ils étaient tenaces. Les autres passèrent à côté de Brim, tentant d’agripper leurs ennemis, faisant de grands gestes de leurs bras en les balançant de droite et de gauche, essayant de piéger les elfes entre eux. L’un d’entre eux parvint à agripper l’un des Gardes Marins, l’attirant dans sa puissante étreinte. Les côtes de l’elfe furent écrasées et son corps ravagé se fracassa sur le sol du corridor.

Holk fit jaillir sa hache, frappant l’une des créatures au niveau de son épine dorsale. Son coup rebondit, mais il profita de la distraction ainsi créée pour balancer de côté la créature à l’aide d’un coup d’épaule tout en s’emparant d’une torche sur le sol. Il frappa avec cette dernière dans un grand mouvement circulaire, touchant l’ennemi en plein dans la poitrine. Le feu prit instantanément, les bandages desséchés s’embrasant en un battement de cœur. La créature tomba en arrière, un terrible hurlement jaillissant de sa gorge asséchée. Les Gardes Marins s’approprièrent bien vite l’idée et remplacèrent leurs lances par leurs torches. En quelques instants le couloir était envahi par la lumière et la chaleur alors que les anciens seigneurs elfes se faisaient engloutir sous les flammes. Alors qu’ils s’effondraient sur le sol du couloir les elfes se jetèrent sur eux, s’assurant qu’ils ne se relèveraient pas.

Brim regarda au-delà de la Garde Marine et vit que la compagnie d’Atharond avait mené son propre combat contre les restes embaumés d’anciens rois nains, probablement certains de ceux dont ils avaient déjà dépassés les tombes. Il semblait qu’ils n’avaient perdu qu’un seul homme. La Garde Marine n’avait pas eu autant de chance : ils avaient à déplorer trois pertes au total.
« C’était un piège, » dit-il presque pour lui-même, « nous avons été attaqués sur les deux côtés. Les nains ont attendus que nous ayons les ayons dépassés avant de se mettre en mouvement. »

« Nains ? » dit Holk. « Ces choses n’étaient pas plus des nains que ceux-là n’étaient des elfes. Il frappa avec emphase l’un des corps fumant.

« Pourquoi y avait-il des seigneurs elfes enterrés ici, dans une mine naine ? » demanda Loreth avec un regard venimeux.

Holk se pencha, ramassant l’une des couronnes tombée et la jeta au capitaine de la Garde Marine.

« Seuls les plus grands héros de notre peuple sont enterrés ici. Regarde les gravures sur le heaume. Ce sont des inscriptions naines – ça dit « Hillan, seigneur de la maison Wrenth. » Il semblerait que nos ancêtres étaient en bons termes.

Loreth sombra dans le silence, fixant la couronne. Brim posa une main sur son épaule et lui prit la relique, et la déposant dans une alcôve toute proche. Le groupe se meut route en silence.

***

« Il ne nous reste plus grand-chose à parcourir à présent, mon gars, » dit Holk. Le groupe se déplaçait le long d’un plan incliné vers le haut, mais le chemin au-dessus d’eux semblait aussi sombre que tout ce qu’ils avaient traversé jusqu’à présent.

« Comment le savez-vous ? » demanda l’un des elfes.

« On a presque franchi les montagnes, je le sens. Ces mines ne vont pas au-delà de ces dernières, donc on doit être tout proches. »

Ils arrivèrent dans une immense caverne qui se poursuivait tellement loin que même la lumière de leurs torches ne parvenait à en atteindre le plafond. Des éperons de roche proéminents s’élevaient de chaque côté, jusque dans les ténèbres. Au-dessus d’eux ils pouvaient entendre quelque chose bouger.

« Ça ressemble à des griffes, » dit Atharond. Une longue déchirure laissait ouverte sa tunique au niveau de l’épaule, où le sang coulait depuis une vilaine entaille en un long filet rouge sombre.
Un léger bruit de grattement se fit entendre en provenance du plafond caché, se réverbérant d’un côté à l’autre en grandes ondulations, comme une ride sur l’eau atteignant le rivage. C’était un son apaisant et néanmoins troublant. Les elfes levèrent leurs torches plus haut, essayant de percer les ténèbres et de voir ce qui produisait ce son. La dernière chose dont ils avaient besoin était une autre attaque ; ils n’avaient pu recouvrir leurs forces depuis leur dernière rencontre, leur esprit étant encore empli de l’horreur d’avoir dû affronter leurs ancêtres depuis longtemps trépassés.

« J’y vois que d’chi, » dit Holk en grommelant.

Loreth mit un genou à terre, fouillant dans son sac. Il sortit une petite fiole de verre rempli d'un liquide clair et la tint dans son poing fermement serré, en fermant ses yeux. Après quelques instants la fiole se mit à luire, plus fortement qu’aucune des torches. Il enleva la tête de l’une de ses flèches et la remplaça par la fiole.

Brim regarda le groupe. « Soyez prêts à partir rapidement. »

Loreth s’empara de son arc et encocha sa flèche. Elle projeta sur son visage une lumière aveuglante et il plissa les yeux pour contrer la lumière magique. Il tira son projectile. La lumière s’éleva, illuminant la vaste et ancienne caverne. Elle était bien plus grande que ce que tous avaient imaginé. Une porte éloignée, unique autre moyen de sortir, ne semblait qu’à un grain de sable de cette distance. Les murs incurvés s’élevaient pour rencontrer un plafond irrégulier. Sortant de l’obscurité devant eux, des stalactites géantes émergèrent, la pointe de chacune d’entre elle étant pointue et acérée, recouvert d'une substance qui ondulait et tourbillonnait comme de l'huile sur l'eau. Des stalagmites plus fines, de la taille d’une épée s’élevaient depuis le sol, l’effet général que cela produisait donnant à Brim l’impression qu’ils se tenaient, sans défense, dans la bouche d’un d’une sorte de Léviathan préhistorique figé. Le grattement continua. Holk fixa le plafond de la caverne tandis que la flèche poursuivait son ascension.

« Ho, ce n’est pas bon, ça. »

Le projectile atteignit le plafond. Dans un grand cri, des centaines de chauve-souris se détachèrent soudainement des stalactites, si nombreuses qu’elles avaient un instant semblées être une mousse mouvante jusqu’à ce qu’elles déploient leurs ailes et glissent des rochers. Elles fondirent sur les intrus.

« Courrez ! »

Ils se ruèrent vers la sortie alors que les chauves-souris fonçaient sur eux, hurlant leurs cris hauts perchés en approchant des aventuriers effarés. Le mur de corps recouverts de fourrures noires se précipita vers eux si vite que personne n’eut le temps de se pencher pour éviter la première vague, leur visage écorché et leurs vêtements déchirés par les petites serres acérées comme des lames des chauves-souris avant qu’elles ne s’élèvent à nouveau pour une autre attaque.

Une des chauves-souris se jeta directement sur la blessure suintante d’Atharond, plantant ses serres dans son épaule et pressant son visage dans cette mare de sang. Il hurla et l’arracha, mais une seconde atterrit à sa place. Une troisième se mit à voler devant le visage de l’elfe agonisant, ses ailes griffues battant en direction de sa tête. Il s’en saisit mais avant qu’il ne puisse la jeter au sol ses mâchoires s’ouvrirent pour révéler des rangées de crocs acérés. La créature lui siffla au visage un cri mortel et déchirant ; elle projeta sa tête en avant, les dents claquant vers le bas pour mordre dans la chair de sa joue exposée. Il trébucha, aveuglé, et fut soudainement recouvert de créatures.

« Laissez-le ! » cria Loreth. Deux des Gardes Nocturnes désobéirent à son ordre, courant pour protéger leur capitaine mais ils partagèrent son destin alors que d’innombrables chauves-souris se cramponnaient sur leur tête et leur cou exposés. Loreth taillada de son épée alors qu’il ripostait vers elles, quelques coups chanceux en fauchant certaines en l’air pour les voir s’effondrer à ses pieds. Un rapide coup de pied au sol plus tard et elles n’étaient plus qu’une tache sombre sur le sol de la caverne.

La tête basse, le groupe courut, se blottissant les uns contre les autres pour se protéger des suceurs de sang ailés. Ils agitèrent leurs torches restantes, ce qui sembla décourager les créatures, mais elles étaient si nombreuses que nombre des brandons enflammés s’éteignirent ou furent arrachés des mains de leur porteur.

Brim atteignit la porte en premier, se jetant contre elle de tout son poids, mais elle refusa de bouger. Il se pencha pour éviter le nuage de chauves-souris et essaya de pousser à nouveau, faisant un pas de côté au dernier moment alors que Holk arrivait à la porte, en rugissant. Le nain appuya de son épaule contre le vieux bois, les muscles de son cou se tendant alors qu’il poussait de toutes ses forces. Une chauve-souris vola jusqu’à son cou mais il grogna et la saisit au vol, l’écrasant dans son poing charnu. Brim se jeta de tout son poids contre la porte et Loreth lui emboita le pas, le reste du groupe formant un cercle défensif autour d’eux et frappant vers les créatures volantes de leurs épées et de leurs torches enflammées. Finalement dans un grognement de bois grinçant, la porte s’ouvrit en grand. Holk fit un geste vers les elfes pour leur dire de se dépêcher de la franchir, ce qu’ils firent. Il les suivit seulement une fois le dernier d’entre eux parti, cherchant dans son sac un piolet pour bloquer la porte derrière eux. Elle trembla quand les chauves-souris la percutèrent, avides de se jeter sur les intrus une dernière fois. Les quelques-unes d’entre elles ayant franchi la porte en même temps qu’eux furent rapidement dispersées, ne constituant plus une menace sans le poids du nombre.

Alors que le groupe rassemblait ses esprits et reprenait son souffle, Brim jeta un œil aux alentours, et se mit presque à rire de surprise. Un long escalier s’étendait devant eux, et au sommet pouvait se voir la lumière du jour. Pour la première fois en ce jour, il sentit une brise fraiche lui caresser le visage.

Les membres restants de l’ost de guerre Cerillion emprunta les escaliers, se préparant à ce qui les attendait devant eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grimaldus

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/11/2015
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 3 Aoû - 9:13

AHa, top !

Bon, on dirait une partie de D&D avec beaucoup de mauvais jets de rencontre mais c'est agréable à lire !

Merci pour la trad !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sgt hartmann



Messages : 85
Date d'inscription : 08/10/2015
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 3 Aoû - 9:21

Ouf.... ca faisait 1 mois que je n'avais pas lu la suite... J'ai eu peur que tu t’arrête suite à ce que tu avais écrit dans l'autre post...
Merci pour cette traduction, je suis toujours avide de savoir ce qu'il va se passer..

PS : Ca fait un bon scénar de dungeon saga..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1104
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 3 Aoû - 13:46

Salut tout le monde !

En premier lieu merci de m'avoir lu. Secondement vous pouvez être rassurés : quand je commence quelque chose je le termine. Certes, j'ai mis beaucoup de temps (il y a à ça de nombreuses raisons diverses et variées) mais je n'allais pas vous laissez un projet comme ça, inachevé, comme un immeuble en construction abandonné au milieu du centre ville ^^

Ceci est d'autant plus vrai que nous à sommes à 10 pages (en PDF) de la fin ! Cela me prendra encore un moment avant d'être finit mais finit ce sera, vous avez ma parole !

Concernant le récit lui-même, et bien... Je vous avoue que je ne suis pas fan du tout de cette histoire. Certes, pour rappel, l'auteur lui-même a dit que son histoire avait été "coupée au montage" et qu'elle n'était donc pas comme lui la voulait mais ça ne change pas les points qui me déplaisent ou alors pas beaucoup.

Par exemple, dans ce chapitre, la mort d'Atharond se veut sans doute tragique mais provoque aucune empathie chez moi : ce commandant d'unité n'a jamais été développé, jamais travaillé... C'est un commandant d'unité, point ! On dirait un récit de fanfiction où le mec écrit la mort du chef d'un de ses régiments. Idem pour le déroulé de ce chapitre : vous l'avez-dit vous-même, on dirait un JDR qui se passe mal. Difficile d'être pris par le côté désespéré de la situation dans ces conditions...

Mais bon, comme je l'ai dit, ça ne m'empêchera pas de finir ! A la prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drussdharan

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 17/12/2015
Age : 29
Localisation : Baigneux les Juifs

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 3 Aoû - 22:14

Ça me donne surtout l'impression d'un auteur qui boude et pond un texte sans trop se fouler. Même avec les impératifs de jeu il y a possibilité de fournir de bons récits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1104
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Jeu 4 Aoû - 0:02

Qui sait : S'il avait prévu de développer plus longuement les personnages et s'est retrouvé "coincé" avec un récit dans lequel des passages et évolutions plus importants étaient présents pour au final être amputés, passés à la trappe ou carrément oubliés, tout est possible... N'ayant rien lu d'autre de lui je lui laisserai le bénéfice du doute mais pour ce récit-là je dirais juste que je suis content qu'il existe, même si cela ne provoquera de fait guère mon enthousiasme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Dead

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 05/08/2015
Localisation : Feins, Rennes Nord

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Jeu 4 Aoû - 15:00

Merci pour la suite de cette nouvelle Smile

C'est sur que ce chapitre est assez pauvre, je trouve, surtout comparé à celui des nains dans la forteresse.

Mais j’attends tout de même la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Calirion

avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 28
Localisation : Saint Brice sous Forêt (95)

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Sam 6 Aoû - 12:25


Un grand merci Farmace ! Smile :

Je te rejoins sur le manque de profondeur de plusieurs personnage qui nuit un peu il est vrai à la qualité du récit.

Néanmoins, ça reste bien agréable à lire alors encore merci et vivement la suite ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1104
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Sam 6 Aoû - 12:31

Pas de quoi, on pourra bientôt partager nos impressions sur le récit final car il ne reste plus grand-chose ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hwk

avatar

Messages : 441
Date d'inscription : 12/08/2015
Age : 38
Localisation : Pamiers (09)

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Ven 12 Aoû - 10:13

Bon Farmace, c'est quoi ce bordel ?!?

Ça fait presque une semaine qu'on attend !

Med' !

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mini40k.forumpro.fr/
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1104
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 31 Aoû - 23:42

Salut à tous.

Ce petit message pour une mauvaise nouvelle : je me suis fait voler mon ordinateur il y a une semaine à la gare, et il se trouve que la version PDF du livre que j'avais dessus a donc disparue avec mon cher PC, et que le prochain chapitre qui était prêt aux deux tiers est donc envolé lui aussi. Je dois reprendre le dernier chapitre de zéro... Excusez moi si ça prendra un moment qui vous parait long, mais soyez assurés d'une chose : je terminerai ce travail quoi qu'il arrive, la seule donnée qui changera sera la date finale, je vous demande donc de faire preuve de patience. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pappynator

avatar

Messages : 963
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 30
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Jeu 1 Sep - 9:51

Ah ça craint! désolé pour toi ! Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1104
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 26 Oct - 12:02

Salut à tous ! Juste un petit message pour dire que la traduction reprend ! J'ai eu 6362694364676438563456 choses à faire mais voila, I'm Back on Business baby ! Vous allez l'avoir votre fin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sgt hartmann



Messages : 85
Date d'inscription : 08/10/2015
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Mer 26 Oct - 12:15

Ah cool je commençais a désespérer de savoir ce qui allait advenir de la fin de ta traduction.... Va falloir que je relise un peu tous ca pour me remettre dans le bain..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 1104
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   Lun 14 Nov - 16:45

Plop ! Je sais, je vous ai habitué à du plus rapide mais en attendant je vous poste l'introduction pour vous faire patienter ^^

La Plaine du Bourbier Sanglant était une zone marécageuse située dans les Marches Nordiques, s’étendant entre les contreforts nordiques des montagnes d’Alendar et la Mer Naissante. Loin au nord-ouest se trouvaient les Iles Brisées, et au-delà de l’océan les ruines englouties de la République Noyée. C’était une zone froide, humide et désolée où peu de gens osaient jamais s’aventurer, remplie de sables-mouvants pouvant aspirer les imprudents en quelques secondes. Voyager à travers cette région signifiait mettre sa vie en jeu. Les rayons du soleil ne perçaient que rarement le brouillard épais qui flottait sur la plaine en volutes tourbillonnantes, faisant de la lande un lieu sombre et lugubre, le froid mordant permanent sapant la volonté de n’importe quel voyageur. Des bandes de pillards Elfes du Crépuscule avaient fait de ces lieux leur repère, les ayant préférés aux Royaumes de l’Ombre du Donjon-Souterrain. Tout comme les cousins malsains des elfes, des bandes d’orcs s’étaient établies ici, et il se disait que des gorgones et des Manticores se tapissaient dans ses plus sombres recoins.

Des amas de terre touffus dominaient la zone, chacun d’entre eux couvert de la mousse dont la lande tirait son nom. Les Bourbiers Sanglants étaient des plantes dangereuses, et ses sécrétions pouvaient être changées en de nombreux poisons ou utilisées dans bien des arts sombres. En plusieurs endroits, de grands rochers émergeaient du sol comme les dents d’un géant, leurs bords dentelés émoussés par le temps et la météo difficile. Le plus gros agencement se tenait au sud-est de la plaine en une série de pierres élevées sur une petite butte, disposées autour d’un rocher plat qui ne pouvait pas être quoi que ce soit d’autre qu’un autel. C’était sur cette structure que Kronos se pavanait, ses robes flottant autour de lui comme si un vent puissant s’était levé. Cela ne lui avait guère demandé d’efforts pour se faire un nouveau bâton, et il le tenait dans une de ses mains noueuses. L’esprit de Maegana marchait derrière lui, le vent semblant ne pas avoir le moindre effet sur elle.

Kronos se tenait devant l’autel. « Enfin », murmura-t-il, « après toutes ces années nous sommes réunis. Sais-tu où nous sommes ? ». La forme éthérée acquiesça, sa voix étant à peine plus qu’un murmure malgré la colère visible sur son visage.

« Tu m’as amenée sur le lieu de ma grande défaite. Pourquoi cela ? »

« Bien plus que par simple nostalgie, je peux te le jurer. » dit le nécromancien en souriant, « Nos armées ont été vaincues ici, mais elles ne sont pas allées bien loin. Elles ont attendu notre retour pendant tout ce temps. Avec l’arrivée de la grande lune ton pouvoir sera à nouveau assez grand pour les remettre à notre service. »

Il se tint devant l’autel et leva ses ailes vers le ciel nocturne encombré de nuages. Les éclairs illuminèrent le ciel et le tonnerre rugit tandis que Kronos entamaient ses sinistres incantations, sa voix s’élevant lentement en un effrayant crescendo accompagnant la tempête les surplombant. Devant eux le sol commença à remuer. Des membres squelettiques en crevèrent la surface, toujours agrippées aux armes avec lesquelles ils avaient été enterrés des siècles auparavant, et qu’ils avaient utilisées pour répandre la terreur sur les terres des elfes.

Maegana Cerillion, connue dans ces derniers jours sous le nom de « Maegana la Rouge », observait avec une anticipation croissante. Elle pouvait déjà sentir ses forces lui revenir, plus vite qu’auparavant maintenant qu’elle se trouvait sur ce lieu de magie noire. Elle y avait été vaincue dans le passé. Cela n’arriverait pas à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 11
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Bloodstone of Cerillion Chapitre 4
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mantic French Community :: Kings Of War :: Background-
Sauter vers: