Ce forum a pour but la promotion, le rassemblement et le développement de la communauté de joueurs des jeux de Mantic Games en France.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Jeu 30 Juin - 1:39


Brim Cerillion grogna alors qu’un autre coup de marteau était dévié par son armure. Les nains morts-vivants étaient aussi tenaces qu’ils l’avaient sans-doute été de leur vivant, mais avec le pouvoir supplémentaire conféré par la non-vie. Ils se déversaient de la forteresse sans se soucier ni remarquer quand leurs camarades tombaient sous les coups d’épées des elfes. Ils marchaient sur leurs propres morts et sur les elfes mourants, s’arrêtant parfois assez longtemps pour réduire au silence les blessés hurlants avant de se remettre à tituber vers ceux qui continuaient de leur tenir tête pour leur infliger plus de coups.

Il frappa de sa propre épée, détournant l’arme de son assaillant et coupant la même du même coup au niveau du poignet. Un sang noir et épais jaillit de la blessure alors que le nain s’effondrait sur une pile de cadavres grandissante. Brim s’était déplacée pour venir en aide à la Garde Nocturne encerclée, qui combattait à la fois des squelettes et des cadavres de nains réanimés. Sur leur gauche, les Arcs de Karis-il-Athon tiraient sur la masse de zombies qui se pressait maintenant depuis la porte.

Sur le flanc droit, la Garde Marine se préparait à faire face à une seconde charge de cavalerie. Leur premier assaut avait été repoussé, mais l’unité déjà réduite avait subi trois pertes supplémentaires sous les coups des lances et des lourds sabots. A présent les chevaux décrivaient un cercle, se préparant à une nouvelle charge.

« Tenez la ligne, » cria Loreth en pointant de son épée l’endroit où il voulait que les archers se déploient. « Quand ils arriveront, tirez tout ce que vous avez. Ne reculez pas devant votre devoir, ne fuyez pas votre tâche. Courage ! »

« Pour Ithris ! » vint en réponse. Loreth sourit alors qu’une profonde fierté l’envahissait : même contre pareils ennemis d’élite, ses guerriers se tenaient fermes. Il planta sept flanches dans le sol devant lui, usant d’un tas de cadavres comme couvert. La puanteur venant des cadavres pourrissants était horrifiante, mais elle le gardait alerte. Il regarda vers la ligne de bataille ; ses hommes faisaient la même chose que lui, plaçant leurs flèches là où elles seraient faciles à atteindre, prêts pour la charge à venir.

Un gémissement qui s'élevait signala l’avancée de la cavalerie. Lentement ils avancèrent devant eux, cinq de front, leurs sabots osseux frappant le sol, le faisant trembler alors qu’ils prenaient de la vitesse.

Comme un seul, les arcs des elfes s’élevèrent, mais ils retinrent leur tir. Le fanion rouge des revenants, une ancienne maisonnée humaine de la Républiqu de Primovantor oubliée depuis longtemps, se gonfla quand ils accélérèrent. Le crâne blanc de Kronos grimaçait dans cette merde rouge. Leur rythme se mua en une charge furieuse mais les elfes continuèrent à retenir leur tir.

Loreth abaissa son arc, visant de la pointe de la flèche le chevalier au centre du premier rang. Il était sa cible et il serait sa victime.

Le petit galop se mua en une charge totale.

Pas encore… pas encore… pas encore…

« Maintenant ! »

Le son des arcs se mua en un grattement de cordes régulier, alors que les tirs s’écrasaient les uns après les autres sur la cavalerie se précipitant. Les elfes encochèrent une nouvelle flèche trop vite pour qu’on le voit, bandèrent et tirèrent en un battement de cœur ; si grand était leur talent. Chaque flèche partit droit, chaque flèche partit directement, et chacune trouva sa cible. Les anciens guerriers étaient percés de plusieurs flèches, leur armure perforée à de multiples reprises lors de la charge furieuse.

Un revenant prit plusieurs tirs à travers son casque en une seule volée, la force du coup le faisant chuter de son cheval et tomber entre les sabots de ses compagnons. Frappés et piétiné de façon répétitive, ce qui émergea de la poussière et de la boue fut une figure brisée et informe. Elle ne se releva pas.

« Nous pouvons les détruire ! » hurla Loreth. « Tenez-vous prêts ! ».

Ses soldats remirent leur arc en bandoulière une fois encore, préparant leur lance et mettant leur bouclier en position. Les revenants abaissèrent leurs lances, mais la plupart étaient tournés de côté. Le seul et unique elfe qui prit une lance à travers la poitrine fut soulevé du sol et projeté sur le côté.

Esquivant un coup mortel, Loreth frappa, tranchant à travers le flanc du cheval mort-vivant avec aisance et l’amenant à s’écraser sur le sol. L’elfe fut sur le chevalier tombé en un instant, sa botte envoyant valser de côté l’arme de la créature et sa propre épée tranchant à travers son heaume et son plastron pour envoyer la tête rouler au loin.

Un instant plus tard son instinct le fit bouger, et il fit jaillir son épée pour bloquer un coup d’épée d’un chevalier revenant situé sur sa monture, le choc de l’acier sur l’acier faisant tomber une pluie d’étincelles devant son visage. Il avait déjà été entaillé en une douzaine d’endroits, le sang s’écoulant librement le long de son bras alors qu’il relevait son épée une fois encore. Tout autour de lui des elfes blessés combattaient bravement alors qu’ils subissaient l’assaut sans merci des chevaliers frénétiques. Même les carcasses pourries de leurs montures infligeaient de lourds dommages à la Garde Marine en la piétinant et la frappant, chaque sabot enfonçant les armures et écrasant les boucliers.

Deux chevaliers portèrent un coup à un unique elfe, leurs lances levées et affûtées : il fit un pas et passa sous leur attaque pour faire volte-face et planter sa lance dans le dos du plus proche des deux. L’autre passa à côté de lui, sa lance brisée, et l’armure décorée d’une nouvelle entaille bien nette. Le rouge sombre de son bouclier réfléchissait le feu pourpre et sombre de la non-vie qui brûlait dans ses orbites creuses. En usant comme d’une arme, le cavalier frappa vers les elfes alors qu’il se frayait un chemin à travers leurs rangs, faisant pleuvoir des coups puissants. Plusieurs tombèrent face à son attaque furieuse, certains pour ne jamais se relever.

Poussant un nouveau cri de frustration, Loreth bondit sur l’ennemi le plus proche, son élan le faisant s’écraser sur l’amure de sa monture. Agissant sans réfléchir, il frappa d’estoc répétitivement, bien déterminé à infliger quelques dommages. Son épée se fraya un passage à travers les côtes du cheval et s’y planta rapidement. La bête galopa à côté de lui, et le mouvement emporta la lame, ne lui laissant que quelques centimètres de de tranchant au-dessus de la garde. Le cavalier le frappa en passant, le projetant au sol.

Il atterrit sur l’un de ses guerriers trépassé. Raelis, pensa-t-il, toujours prompt à chanter. Le visage de l’elfe était dégoulinant du sang venant d’une vilaine entaille au scalp. Loreth essaya de se relever mais un puissant coup à l’estomac lui coupa le souffle et l’envoya s’affaler au sol.

Une ombre tomba sur lui. Le chevalier revenant était descendu de sa monture et sortit une épée à lame longue. Il le dévisagea en le surplombant, des yeux brûlants visibles à travers le heaume rouillé.

Impuissant et seul, Loreth ne pouvait rien faire excepté attendre la mort.

***

Loin à l’intérieur de Mox, dans la salle connue sous le nom de Chambre Forte, un mal ancien s’élevait. Libérée après avoir été enfermée dans la Pierre de Sang de Cerillion pendant des générations, Maegana la Rouge riait avec allégresse sans aucune retenue. Elle n’avait pas de corps physique, mais elle avait le pouvoir ; cela au moins était certain. Elle avait rassemblée une forme éthérée, miroir de sa version mortelle, sans rien de plus que la concentration de son impressionnante volonté.

Balek Stronghelm la fixait avec incrédulité, le rire du nécromancien qu’il pensait vaincu résonnant dans ses oreilles.

« Quoi… »

Avant qu’il n’achève sa pensée, Grimm était à ses côté, grognant en armant son mousquet. « Peu importe quoi. » Il tira, changeant un gros morceau de son épaule en brume tourbillonnante, avant de recharger rapidement. Elle rit, dans un gloussement malade, et lança ses mains vers l’avant, dans un geste de poussée. Les trois nains furent frappés par une vague de force, les soulevant au-dessus du sol et les projetant contre le mur lointain. De la poussière et des pièces d’or cascadèrent sur eux alors qu’elle se dirigeait vers le lieu où Kronos gisait toujours, les effets du tir de Grimm déjà impossibles à voir. Le nécromancien la regardait fixement, dans un état de fascination extatique, un sourire plein de malice jouant sur ses traits. Des doigts pâles agrippèrent le frêle bras du nécromancien et elle le remit sur ses pieds. Elle se retourna pour regarder les nains avec une malveillance glaciale.

« Il n’y a que vous ? » sa voix semblait provenir de partout autour d’eux, un murmure glacial comme une tombe, qui leur fit grincer des dents, « Vous, pitoyables créatures, avez été considérés comme suffisants pour me garder prisonnière ? Le plan des mortels s’est-il à ce point ramolli ? »

Elle tendit une main, tournant la paume vers le haut. Grimm fut brusquement remit debout, comme tiré, le cou bombé. Il continua à s’élever jusqu’à ce que ses pieds aient quitté le sol. Balek et Holk bougèrent pour se relever, mais Kronos éructa un mot de magie noire et gesticula vers l’avant avec son bâton, les pressant contre le sol. Maegana serra ses doigts en un poing fermement fermé et Grimm commença à glisser vers elle, luttant péniblement contre son étrange étreinte.

Balek regarda, impuissant, alors que l’arquebusier s’approchait de l’elfe éthérée. Elle le regarda avec avidité, faisant des gestes de son autre main. La tête de Grimm partit en arrière, puis sur la gauche, exposant sa gorge. Le nécromancien la fixait avec… quoi ? De la fierté ? De l’amour ? Balek sentait la force du pouvoir de Kronos s’affaiblir quand son attention fut attirée ailleurs. Le sort n’était pas brisé, mais cela pouvait suffire. Il entrevit un moyen d’arrêter Maegana, si seulement…

A la vitesse de l’éclair, la tête de Maegana fonça vers l’avant, et elle planta ses dents dans la gorge de Grimm. Le guerrier renfrogné poussa un rugissement de douleur, mais il était toujours incapable de bouger. Son visage pâlit alors que son sang quittait son corps, et alors que cela arrivait elle commença à se parer d’une apparence plus solide.

Balek poussa de toute sa force, brisant l’étreinte du nécromancien. Il roula et poussa pour se remettre sur ses pieds à côté du socle de granit sur lequel reposait la hache incrustée de joyaux de Bron Stronghelm, premier de sa lignée à avoir pris le trône de Mox. Murmurant un mot de remerciement pour son ancêtre, Balek ramassa l’arme et la jeta de toutes ses forces.
La hache chanta en fendant l’air. Kronos le vit et hurla, mais, toute occupée qu’elle était à se nourrir, Maegana n’écouta pas l’avertissement. Le bord tranchant, affûté par les forgerons et consacré par des serments prêtés par les seigneurs de cinq maisonnées différentes, sépara avec aisance la tête du corps nouvellement formé. Sa forme physique explosa en poussière et Gimm s’effondra sur le sol.

Kronos hurla de rage, pointant du doigt le seigneur nain et poussant d’infâmes malédictions. Balek rechercha son marteau tandis que le nécromancien levait son bâton, des énergies maladives se rassemblant à son sommet alors qu’il tissait un mortel enchantement.

Il y eut un tout puissant « crac » et la bâton explosa. Kronos fut projeté en arrière sur une pile de pièces. Balek regarda autour de lui pour voir Holk soulever le fusil de Grimm encore fumant.
« Joli tir, » souffla-t-il.

« Pas vraiment. J’essayais de le tuer. »

Kronos se hissa sur ses pieds, la silhouette floue de Maegana arrivant à ses côtés. « Très bien, seigneur Stronghelm. Votre vœux sera exaucé, » la voix du nécromancien était tel un hurlement strident poussé par un fou. « Il est temps pour nous de partir ! Vous pouvez garder la Pierre de Sang, ou ce qu’il en reste. »

Il se pencha et dessina un signe sur le sol avec un ongle long et sale, puis les regarda avec une haine indescriptible alors qu’il prononçait un mot de pouvoir. Son visage était baigné dans la radiance d’un feu couleur émeraude, brûlant si intensément que les nains durent couvrir leurs yeux. Il y eut un son semblable au tonnerre, et quand ils regardèrent à nouveaux, ils étaient seuls.

***

Le revenant dominant Loreth se figea, sa tête penchée sur le côté. Puis, avec une puissante collision qui sembla bien trop bruyante, il tomba sur le côté, ses ligaments se cassant et ses os s’effondrant en une pile informe. Il s’assit en réalisant que le bruit avait été aussi fort parce que le revenant n’était pas le seul à s’être effondré. L’ost mort-vivant entier avait soudainement faibli, et s’était alors changé en rien de plus qu’une pile de cadavres à nouveau sans vie, comme si un stratège mécontent avait balancé les pièces de son échiquier sous le coup de la frustration.

Les cris de douleurs et d’étonnement se changèrent rapidement en clameurs victorieuses, alors que les elfes, si proches de l’annihilation, devenaient soudainement les vainqueurs.

Loreth s’éleva sur des jambes tremblantes, son incrédulité se reflétant dans les yeux des soldats autour de lui. Plusieurs d’entre eux frappèrent son épaule comme s’ils pensaient que c’était lui qui les avait sauvés. Lentement, s’attendant à voir les morts-vivant revenir à n’importe quel moment, il se fraya un chemin à travers le carnage vers là où Brim se tenait, haletant. Le jeune seigneur était couvert d’écorchures et de contusions, son armure teintée de sang elfique et de l’ichor des morts-vivants.

« Je n’y crois pas, » dit Loreth. « Que s’est-il passé ? »

Brim secoua la tête, luttant pour trouver le moindre mot. Il regarda autour de lui pour contempler les restes de son ost de guerre. La Garde Marine avait été réduite à la moitié de son effectif, il avait vu Laril tomber devant une foule de nains réanimés, son armure lui étant arrachée, marteaux et haches réduisant en charpie son corps brisé. Les Arcs de Karis-il-Athon n’existaient plus, intégralement massacrés par une troupe de zombies qui s’étaient amassés sur eux, les réduisant en lambeaux avec leurs dents et leurs griffes. Atharond s’était tenu fièrement aux côté de sa Garde Nocturne ; ils avaient combattu sans relâche avec leurs arcs et leurs épées, et presque chacun d’entre eux s’en était tiré d’une façon ou d’une autre. Leur capitaine maintenait une rigide attention, en dépit d’une longue blessure sur son visage infligée par le coup de lance d’un squelette. La blessure guérirait, mais elle laisserait une cicatrice permanente qui lui resterait en souvenir de ce jour.

Brim se raidit et éleva sa voix par-dessus la clameur. « Nous enterrons nos morts une fois que nous saurons que cette folie a pris fin. Ralliez les troupes ; nous allons à l’intérieur. »

***

L’ost de guerre disposait de quelques précieux soigneurs, mais ceux qui restaient s’occupaient des blessés et déterminaient ceux qui étaient en état de se battre, ceux qui pouvaient tenir debout, et ceux qui ne pouvaient faire aucun des deux. Les blessés pouvant marcher furent laissés pour s’occuper de leurs frères moins chanceux, tandis que tous ceux encore capables de tenir une arme formaient les rangs derrière Brim et les grandes portes de Mox. Il avait moins de deux vingtaines de guerriers, moins de la moitié de ceux ayant quitté Ithris.

Prudemment, n’avançant que de quelques pas à la fois, les armes prêtes, ils franchirent le seuil. Brim suspectait à moitié la présence d’un autre piège, mais rien ne se passa. Ils franchirent la grande cour, par-delà le sang séché qui recouvrait les dalles et les viscères qui s’amassaient en petits tas. Des charognards volaient en cercle au-dessus d’eux paillant leur impatience alors qu’ils attendaient que les elfes partent.

Devant eux, la porte du donjon était à peine plus qu’un trou béant, ses portes totalement manquantes, arrachées par les morts-vivant. Loreth siffla un avertissement et les elfes s’arrêtèrent.
« Il y a du mouvement devant nous. »

Deux douzaines d’elfes sortirent leurs arcs, tandis que les unités restantes brandissaient leurs boucliers et sortaient leurs épées et leurs lances. Incontestablement, quelque chose bougeait dans le donjon. Deux silhouettes s’approchaient.

« Vous pouvez baisser vos armes, pour commencer, » leur dit une voix extrêmement lasse provenant de l’intérieur du donjon. Deux nains émergèrent dans la faible lumière du soleil. Celui qui était en tête était vêtu d’une fine parure en lambeaux, sa barbe rousse emmêlée, une hache incrustée de bijoux fermement tenue dans sa main. L’autre boitait en l’accompagnant, un marteau à manche long supportant son poids comme une béquille et une arquebuse tenue dans son autre main.

Les elfes se détendirent et Brim marcha au-devant.

« Seigneur Stronghelm ? »

Le seigneur fatigué d’un Mox particulièrement vide regarda le seigneur de la tête aux pieds. « Et qui pourriez-vous bien être, vous ? »

« Brim Cerilion, héritier du Trône d’Ithris. Nous étions venus pour vous avertir, mais nous sommes arrivés trop tard. »

« Ça putain, vous pouvez le dire, » grogna le nain avec le grand marteau.

Loreth s’avança, affichant un air renfrogné face au guerrier grisonnant. « Tout ce que nous savions c’était que quelque chose en avait après la Pierre de Sang. Nous ne savions pas que ça arriverait. »

« Holk, ferme-la, » lança sèchement Balek. Il regarda Loreth, « Crois-moi ou non mon garçon, nous ne le savions pas non-plus. J’ai accepté de garder ce satané machin, mais j’ignorais qu’il y avait une armée de bâtards morts-vivant dans le lot. »

« Vous parlez de la pierre, » dit Brim, « est-elle en sécurité ? »

Le nain plissa les yeux. « Pa exactement. Mais quand a-t-elle jamais été en sureté ? C’était bien plus qu’une arme, mon gars. C’était une prison. » il remarqua que Brim le fixait et poussa un profond soupir, « Et on dit que les nains sont bons pour garder des secrets… »

« Que voulez-vous dire ? »

« Tout ce que votre père nous a dit, c’était que c’était un artefact magique qui avait appartenu à la vampire Maegana la Rouge. » Il attendit une réaction mais Brim soutint juste son regard. « C’était peut-être bien vrai, mais il a omis de nous dire qu’elle abritait son âme. »

Brim pâlit. « Son âme ? »

« Quelque chose de ce genre en tous cas. Je ne connais pas les détails. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai écrasé ce foutu machin, en espérant mettre fin au plan du nécromancien, et ce faisant je l’ai libérée. Elle était à peine plus qu’un esprit, mais elle a puisé des forces dans l’un de nos compagnons et a commencé à prendre une forme physique. Fort heureusement, ceci l’a arrêté. » Il leva la hache. Sa moitié dorée brilla, des gemmes inestimables captant la lumière de l’après-midi.

« Elle est donc vaincue ? C’est pour ça que les morts-vivant au dehors ont été détruits ? »

Holk grogna quelque chose, marmonnant dans sa barbe. Balek l’ignora et continua son récit. « Elle n’est pas vaincue. Elle s’est échappée avec le nécromancien. Je ne peux l’affirmer, mais je suis prêt à parier que c’était Kronos en personne. Pour sûre il avait l’air assez vieux pour l’avoir connue du temps où elle se baguenaudait. »

« Comment se sont-ils échappés ? »

Balek haussa les épaules. « Magie noire. »

Brim secoua la tête. « Il nous faut les retrouver. Ils n’ont rien dit ? Laissé aucun indice ? »

« Le nécromancien a déblatéré à propos de régler un point, » Holk grogna, « et je ne sais quelle absurdité à propos d’une horloge. Désolé de ne pas nous être arrêté pour tailler une bavette plus longtemps mais nous avions autre chose à faire. »

Brim prit une longue inspiration. Il n’allait pas réagir au trait d’humeur du nain et avait besoin de réfléchir. Il se retourna et regarda à travers la cour la dévastation répandue par l’armée des morts-vivant. Il se sentit une profonde culpabilité ainsi que de la colère à l’idée que la malédiction de sa lignée puisse avoir mené la jadis fière forteresse de Mox aussi bas. Levant les yeux vers les murs brisés, il trouva le demi-cercle de la lune en croissant, basse dans le ciel au bleu azur profond du ciel de cette fin d’après-midi. Il cligna des yeux et son cœur manqua un battement alors qu’il se rappelait les paroles de Damatian. L’horloge est la lune.

Balek parla derrière lui. « Ils pourraient être n’importe où, mon garçon. »

Brim se retourna pour faire face au roi nain. « Et bien… oui, ils pourraient l’être. Mais n’est-il pas évident, l'endroit où ils sont vraiment ? »

Le visage de Balek était sans expression alors qu’il attendait que Brim aille au bout de sa pensée.

L’elfe se redressa et acquiesça. « La Lande du Marais Sanglant, bien sûr. »

***

Moins d’une heure plus tard, trois cavaliers sur des chevaux blancs émergèrent de la forêt devant Mox. Des nains étaient éparpillés à travers la clairière, trainant des cadavres et des tas d’ossements poussiéreux dans de grands bûchers funéraires dont s’élevait de sombres fumées dans le ciel de ce début de soirée. Les corps des Elfes et des Nains avaient été disposés en rangées au pied de la grande muraille.

Athuen et Morrig chevauchèrent à côté d’eux, constatant que la plupart des travailleurs n’étaient pas vêtus de façon militaire mais de tenues de marchands, de mineurs et de forgerons. Il y avait aussi quelques guerriers, recouverts de sang et de morceaux de chair, mais il semblait que la plupart des survivants étaient des civils, quoi qu’il ait pu se passer. Azad chevauchait derrière eux, muré dans un silence de mort, ses yeux hantés par le chaos de la scène et la ruine de sa maison.

A l’entrée de la forteresse, juste au niveau des grandes portes, un nain grisonnant avec une cicatrice issue d’une brûlure récente occupant la moitié de son visage donnait sèchement des ordres aux travailleurs. Il n’avait pas l’air d’être dérangé par sa vilaine blessure, puis il leva les yeux alors que les deux elfes approchaient.

« Vous êtes les frère et sœur de Brim Cerillion ? » Ils acquiescèrent. « Suivez moi. »

Se servant plus de son pied gauche que du droit, le nain se tourna et les guida dans la cour. Plus de corps étaient étendus là, et à l’ombre d’un mur se tenaient plusieurs douzaines de soldats blessés. Un nain portant les robes d’un guérisseur passa entre eux, suivi de près par une paire d’apprentis, distribuant des onguents médicinaux ou échangeant quelques paroles de réconfort. Athuen vit des elfes parmi les blessés, et parvint presque à les approcher, mais leur guide les mena dans une autre direction.

Ils arrivèrent au donjon, où un groupe de forgerons travaillait à réparer les portes. Un nain roux et balafré aux cheveux en bataille et avec une hache aux décorations élaborées surveillait la construction. Leur guide prononça un mot et il se retourna puis hocha la tête pour saluer les voyageurs.

« Merci, Frilik. Es-tu sûr de ne pas vouloir te reposer ? »

« Pas tant qu’il restera du travail à faire, sire. Beaucoup sont dans un état bien pire que le mien. » Le capitaine de la Garde de Fer pressa son poing contre son sternum en signe de salut puis fit demi-tour pour retourner à son poste. Balek Stronghelm secoua la tête.

« Ma Garde de Fer a besoin d’un nouveau capitaine et je crois que je l’ai trouvé. » Si je peux le convaincre qu’il veut changer de carrière bien sûr. Il se tourna vers les elfes, un fin sourire sur les lèvres. « Athuen, je crois ? Et Morrig ? » Il tourna la tête vers le dernier du trio qui descendit lentement de sa monture et mit un genou à terre. « Et Azad, mon ami. Relève toi, nous n’avons pas le temps pour ces sottises. »

« Vous nous attendiez ? » demanda Morrig, les yeux grands ouverts sur la scène autour d’eux. Elle n’avait jamais vu les conséquences de pareille bataille, et ce n’était pas quelque chose qu’elle désirait revoir avant longtemps. « Est-ce que Brim est ici ? »

« Il est revenu puis reparti. Il est arrivé peu après que nous ayons été attaqués. »

« Parti ? Pour où ? »

Sur un ton factuel, Balek leur donna la nouvelle qu’ils avaient le moins envie d’entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Jeu 30 Juin - 22:40

Personne ne l'a vu sortir ou personne ne s'en soucie de celui-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vaudania

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 11/08/2013

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Ven 1 Juil - 3:14

Farmace a écrit:
Personne ne l'a vu sortir ou personne ne s'en soucie de celui-là ?
Chalut,

si l Lu en diagonale "pilpatant" Exclamation... Exemplaire imprimé oublié au bureau. Je lis ça à tête reposée dans le train tout à l'heure.
(Je commence à me souvenir de la fin... Vaguement...)
Mais promis dès que le 11 est sorti on se lance dans une campagne historique qui s'en inspire. Et si, on pourra coller des Basiléens et des Nains Abyssaux dedans (ils sont évoqués après tout).

:cat


[EDIT]: Y a juste un Gimm au lieu de Grimm qui traîne qq part. Mais sinon cheers

_________________
Le groupe FB des jeux MedFan de Mantic (en français)
Le groupe FB des jeux SciFi de Mantic (en français)


Dernière édition par vaudania le Ven 1 Juil - 12:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grimaldus

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/11/2015
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Ven 1 Juil - 10:25

J'étais au bureau aussi, mais je l'ai lu, et MERCI.

J'aime bien le parti pris de l'auteur de se concentrer sur les méchants de l'histoire. Que feront les elfes fourbes et les Nains vicieux pour mettre des bâtons dans les roues de nos héros ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Ven 1 Juil - 13:04

Merci pour le signalement de la coquille Vauda ^^

Grima, ho tu sais, se concentrer sur les héros c'est très surfait Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pappynator

avatar

Messages : 946
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 30
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Ven 1 Juil - 13:43

vaudania a écrit:

Mais promis dès que le 11 est sorti on se lance dans une campagne historique qui s'en inspire. Et si, on pourra coller des Basiléens et des Nains Abyssaux dedans (ils sont évoqués après tout).

:cat 

youhoooo

bon, faudra intégrer de la harde quelque part par contre... :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prince Calirion

avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 28
Localisation : Saint Brice sous Forêt (95)

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Sam 2 Juil - 13:58


Étant complètement booked en ce moment, je n'ai lu ton chapitre que ce matin.

Un grand merci pour cette belle suite !

Toujours égal au niveau auquel tu nous as habitué Wink .

Génial!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vaudania

avatar

Messages : 1164
Date d'inscription : 11/08/2013

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Sam 2 Juil - 14:19

Chalut,

relecture hier soir Very Happy

argh maintenant que j'ai récupéré mon bouquin, je sais combien il reste de chapîtres... Smile Sad

cat

_________________
Le groupe FB des jeux MedFan de Mantic (en français)
Le groupe FB des jeux SciFi de Mantic (en français)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Sam 2 Juil - 16:34

Haaa chouette, je pensais que l'intérêt pour le truc s'était émoussé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanis

avatar

Messages : 1127
Date d'inscription : 16/08/2015
Localisation : Colmar

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Dim 3 Juil - 10:34

Ils ont pris chers les nains !

_________________
Julo62 a écrit:
Oui oui, pour moi, la frontière entre Nord et Sud, c’est la Somme.
Et encore c’est pour que ce soit géographiquement clair !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Dim 3 Juil - 13:09

Tanis : tu l'as dit ! Mais par contre j'avoue que je ne suis vraiment pas convaincu par la façon dont l'auteur nous raconte l'univers.

Je me répète mais... la forteresse "la plus imprenable du continent" (pas de la région, hein, du CONTINENT) qui tombe en UNE SEULE nuit après un assaut massif, certes, aidé d'un stratagème avec des spectres, c'est un peu gros. Dans le fluff sur l'invasion menée par Morghot en personne, le PÈRE DES NÉCROMANCIENS, il est dit que cela lui prend des années pour franchir les montagnes occupées par les nains et prendre leurs forteresses. Ben là, non. La forteresse tombe en une nuit et pouf, au-revoir et merci.

Déjà je vois mal en quoi une forteresse comme celle de l'histoire pourrait mériter cette appellation de "mieux défendue du continent" : On a un mur d'enceinte, puis un donjon avec des labyrinthes, dont les runes ornant les portes ne résistent pas cinq minutes au pouvoir d'un nécromancien inventé pour l'histoire et dont personne n'a jamais entendu parler avant. Sans compter que l'armée naine à l'intérieur est tout sauf innombrable. L'auteur en fait trop pour donner des effets de style je trouve, dire que la forteresse est imprenable, tout ça, c'est pour rajouter du drame quand elle tombe.

Mais autant ça fonctionne avec le Gouffre de Helm ou Dros Delnoch, autant là en aussi peu de pages c'est pas possible de ressentir la tension dramatique du moment. J'aime bien le fait qu'on ait une histoire qui nous permette de découvrir toujours un peu plus le monde de Mantica donc rien que pour ça je suis content que cette histoire existe, d'autant qu'elle a d'autres qualités, mais par contre il y a des moments ou j'ai franchement l'impression de lire un truc écrit par un fan, et je trouve ça dommage.

Je suis le seul ? Je suis trop sévère ? Je suis un vieux con blasé ? Ou vous partager un peu cette idée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pappynator

avatar

Messages : 946
Date d'inscription : 28/08/2015
Age : 30
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Lun 4 Juil - 9:59

Farmace a écrit:
Tanis : tu l'as dit ! Mais par contre j'avoue que je ne suis vraiment pas convaincu par la façon dont l'auteur nous raconte l'univers.

Je me répète mais... la forteresse "la plus imprenable du continent" (pas de la région, hein, du CONTINENT) qui tombe en UNE SEULE nuit après un assaut massif, certes, aidé d'un stratagème avec des spectres, c'est un peu gros. Dans le fluff sur l'invasion menée par Morghot en personne, le PÈRE DES NÉCROMANCIENS, il est dit que cela lui prend des années pour franchir les montagnes occupées par les nains et prendre leurs forteresses. Ben là, non. La forteresse tombe en une nuit et pouf, au-revoir et merci.

Déjà je vois mal en quoi une forteresse comme celle de l'histoire pourrait mériter cette appellation de "mieux défendue du continent" : On a un mur d'enceinte, puis un donjon avec des labyrinthes, dont les runes ornant les portes ne résistent pas cinq minutes au pouvoir d'un nécromancien inventé pour l'histoire et dont personne n'a jamais entendu parler avant. Sans compter que l'armée naine à l'intérieur est tout sauf innombrable. L'auteur en fait trop pour donner des effets de style je trouve, dire que la forteresse est imprenable, tout ça, c'est pour rajouter du drame quand elle tombe.

Mais autant ça fonctionne avec le Gouffre de Helm ou Dros Delnoch, autant là en aussi peu de pages c'est pas possible de ressentir la tension dramatique du moment. J'aime bien le fait qu'on ait une histoire qui nous permette de découvrir toujours un peu plus le monde de Mantica donc rien que pour ça je suis content que cette histoire existe, d'autant qu'elle a d'autres qualités, mais par contre il y a des moments ou j'ai franchement l'impression de lire un truc écrit par un fan, et je trouve ça dommage.

Je suis le seul ? Je suis trop sévère ? Je suis un vieux con blasé ? Ou vous partager un peu cette idée ?

Je sais plus si c'est avec toi ou avec Musa que j'en avais parlé, mais je suis aussi assez d'accord. 4 pauvres wraith et POUF les réserves de munition font péter les murailles impénétrable. un peu lol quand même. et puis c'est pas comme s'il attaquait avec une légion innombrable quoi... De la prise de forteresse avec squellies et zombies, sans loup garou, sans troll morts vivant, ou grosses bébêtes qui tapent très fort, ça me fait doucement rigoler.
Après, faut se rappeler que ce roman était normalement beaucoup plus long, mais qu'il a été raccourcis pour raison de coût. l’histoire en elle même est bonne, mais aurait mérité un bien plus gros ouvrage. Même la fin aurait mérité plusieurs chapitre, parce que là... Je suis resté sur ma faim perso. ^^

enfin, vous verrez bien Wink

Dans tous les cas, comme tu le dis, cette histoire est quand même fraiche et agréable, afin d'avoir quelquechose qui se passe dans l'univers de Mantica
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sparfell



Messages : 80
Date d'inscription : 11/04/2016
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Lun 4 Juil - 10:55

Bah ils auraient dû ou bien enlever le mot "impénétrable", ou bien faire une armée de morts-vivant bien plus puissante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Lun 4 Juil - 13:22

Disons que c'est un coup d'essais, et c'est déjà bien, et puis ça ne m'empêchera pas de finir la traduction ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grimaldus

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/11/2015
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Lun 4 Juil - 19:43

Et puis bon, les romans de l'autre jeu/de Mantic, cela reste du "roman de gare". Certes, l'histoire de la forteresse naine imprenable est dure à prendre (et encore, les héros gagnent toujours donc rien d'illogique) mais bon, ce type de raccourci est assez courant dans ces romans généralement Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Lun 4 Juil - 20:36

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi : un roman issu d'un univers de jeu peut être excellent, la preuve par Empire de Graham McNeill qui a remporté un David Gemmell Award, plus haute distinction existante pour la Fantasy Anglophone. Certains peuvent être du roman de gare comme les premiers Gotrek et Felix mais on peut trouver de tout. Vu la jeunesse du monde de Mantica et l'absence de restrictions que ça implique, je pense qu'on peut s'estimer en droit d'attendre de l'excellent. Il suffirait de trouver un bon écrivain, et je gage que ça va arriver dans les années à venir ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
drussdharan

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 17/12/2015
Age : 29
Localisation : Baigneux les Juifs

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Lun 4 Juil - 21:42

Effectivement ces excès de styles sont dommageables, parce que sinon l'histoire est sympathique. EN définitive à vouloir élargir la menace on perd en tension. L'histoire gagnerait à mettre en exergue le fait que se joue le sort de cette région je pense. Smile

Sinon super boulot, un plaisir de pouvoir profiter de cette histoire grâce à toi Farnace. Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farmace
Modérateur
avatar

Messages : 995
Date d'inscription : 13/08/2014

MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   Lun 4 Juil - 23:29

Merci Druss, je suis bien d'accord avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Bloodstone of Cerillion : Chapitre 10
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Bloodstone of Cerillion Chapitre 4
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Lion El'Jonson:Primarque des Dark Angels 1 Légion/Chapitre
» Maitre de chapitre Archangels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mantic French Community :: Kings Of War :: Background-
Sauter vers: